Bienvenue sur mon Cybercarnet

Des mots et des images

cybercarnet d’une retraitée

Je suis tellement contente que tu sois là! Retraitée… et heureuse, c’est ce que je suis.  Une de mes passions est la photographie. J’ai créé ce cybercarnet afin de partager avec toi des parcelles de bonheur.  Pour moi, le bonheur avec un grand « B » n’existe pas, par contre, la vie peut être parsemée de moments heureux que l’on se doit de cueillir et d’apprécier!

 
Sceau hébergement écoresponsable
 

Les textes publiés sur le Cybercarnet sont ma propriété. Merci de ne pas les reproduire sans mon autorisation.

Copyright © 2017 – 2022 – Josée Cousineau. Tous Droits Réservés

Haïkus du matin

Atelier d’écriture de Ghislaine

Pour souligner le 18e anniversaire de l’atelier de Ghislaine, j’ai décidé d’utiliser les mots proposés sous forme de haïkus.

Voici les mots soumis par Ghislaine:

Atelier, anniversaire, Ghislaine, mots, passion, amis, blog, échange, messages, partage.


Quel anniversaire!
Ouf! Dix-huit ans d’ateliers
Faut l’faire chère Ghislaine!

Voici ce que tes mots m’ont inspiré…


Haïkus du matin


Les mots du matin
Qui glissent sous ma plume
Si réconfortants


La pluie du matin
Un partage de larmes
Semées à gros grains


Le blog du bonheur
Amis, messages, échanges
À tous les matins


Il coul’ lentement
Café au lait, mousse passion
Chocolat sucré


D’autres textes se retrouvent dans l’atelier d’écriture.

Pour rester en contact avec moi,
inscris-toi à ma lettre d’amitié
que j’envoie à toutes les deux semaines.

Lettre d'amitié

N’oublie pas de confirmer ton inscription en retournant dans ta boîte de courriel.

 

Mes petits bonheurs – Mi-mai 2022

Mes petits bonheurs de la mi-mai se veut le trentième billet sur le sujet! Sur ce billet, je partage avec toi mes découvertes et ce qui m’a rendue heureuse et souvent, ce ne sont que de petites choses!

LE BONHEUR DE CRÉER

DÉFI

Le 21 avril dernier, j’ai écrit un billet pour souligner la journée internationale de la créativité. Je t’invitais à jeter un coup d’oeil sur mes 21 premières créations du mois. J’ai pensé t’offrir la suite en te montrant les 9 autres créations qui complètent le mois.

9 jours de créations florales

Viens me rejoindre sur Instagram

UNE VIE HABITÉE

Ça y est! C’est commencé depuis le premier mai. Dernièrement, j’ai eu le bonheur d’assister au premier direct de Manon. C’était le grand départ pour quelques saisons d’une vie habitée avec les Muses. Ce printemps, elle nous invite dans notre « Atelier intérieur ».


Mes premiers pas… créer un carnet. Voici ce que cela a donné. J’adore nouer mes cahiers avec de jolis rubans comme le montre la photo ci-dessous.


« Il n’est jamais trop tard. Jamais trop tard pour changer sa vie, jamais trop tard pour être heureux. »

– Jane Fonda

LE BONHEUR DE LIRE

J’ai terminé la lecture de Léonie et Victoria, j’en parle sur ma PAL du mois de mai.

En ce moment, je lis Anaïs écrit par Mélanie Calvé. L’histoire se déroule à St-Étienne de Beauharnois.

LE BONHEUR AU JARDIN

Les arbres qui bourgeonnent et mon lilas « Josée » qui commence à fleurir!

Lilas
Lilas « Josée »
Crédit photo: Josée Cousineau

Et que dire de mon amélanchier tout blanc de fleurs. Du bonheur à l’état pur! L’an dernier, ma jardinière préférée me disait que cet arbre produit de jolis petits fruits avec lesquels on peut faire de la gelée ou de la confiture.

Malheureusement, l’été dernier, j’ai eu un problème de scarabé japonais qui ont tout grugé. Cette année, je surveillerai ça de près car j’aimerais bien goûter à cette petite confiture maison. Probablement, que je n’en aurai pas suffisamment pour faire de la confiture, mais je pourrai facilement les intégrer dans mes scones pour rempacer les raisins.

Les chroniques d'une jardinière ordinaire

Comment appelle-t-on le fruit de l’amélanchier? L’amélanche, tout simplement. C’est joli, n’est-ce pas?

J’espère que tu as apprécié mes petits bonheurs de la mi-mai. Ressemblent-ils aux tiens?

Cadavre exquis

Pour son atelier d’écriture, Marie nous invite à la poésie en partant du poème “mon rêve familier” de Paul Verlaine et en changeant à notre guise les morceaux de phrases en gras. Voici le poème, en première partie et par la suite, tu verras comment je l’ai transformé avec mes mots.


Paul Verlaine a écrit…

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D’une femme inconnue, et que j’aime, et qui m’aime,
Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon coeur transparent
Pour elle seule, hélas ! cesse d’être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse ? Je l’ignore.
Son nom ? Je me souviens qu’il est doux et sonore,
Comme ceux des aimés que la vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L’inflexion des voix chères qui se sont tues.


J’ai écrit…

Je fais souvent ce même dessin, parfois troublant,
D’une femme inconnue, pourtant que je reconnais,
Et qui n’est, chaque fois, pas tout à fait parfait
Je la regarde, elle me regarde et me comprend.

Devant ma sage femme, et mon coeur transparent,
Subitement, la vie cesse d’être un problème
Pour elle seule, sage comme un être suprême,
Elle seule, sait me propulser vers l’avant.

Est-elle brune, blonde ou rousse ? Va savoir.
Son nom ? Je le répète, le matin et le soir
Comme ceux que j’aime et qui ne sont plus là.

Ses yeux si scintillants, au regard des statues,
Et, pour sa voix qui me rassure de l’au-delà
L’inflexion de son clin d’œil m’a convaincue.

Un lunch presque parfait

Tranche de vie d’une sexagénaire

D’un commun accord, elles avaient convenu de se rencontrer sur l’heure du lunch dans un petit resto du Vieux-Montréal.

La température est douce en ce début mai, elles pourront donc manger sur la terrasse.

Trouver une place de stationnement n’a vraiment pas été une sinécure.

« J’aurais dû suivre le conseil de Louiselle et prendre le métro! J’aurais pu garer la voiture beaucoup plus facilement au nord de la ville. Mais bon, le mal est fait! » bougonne Blandine.

Ce qui ne semble pas de bon augure pour cette rencontre entre elle et Fernande, une ancienne collègue de travail qu’elle n’a pas revue depuis près de dix ans. Que le temps passe!

Toujours aussi ponctuelle, Blandine arrive la première sur les lieux. L’hôtesse l’accueille avec enthousiasme et lui suggère une petite table dans un coin légèrement ensoleillé. Elle lui offre d’ouvrir le parasol. Blandine retire son masque qui est toujours requis dans les endroits publics.

« Bonjour, mon nom est Cynthia, je serai votre serveuse aujour’hui. Puis-je vous offrir quelque chose à boire en attendant l’arrivée de votre amie? » lui demande-t-elle gentillement.

« Apportez-moi une eau pétillante citronnée, mademoiselle, avec quelques glaçons » de lui répondre Blandine.

Place Jacques-Cartier, Vieux Monréal.

Elle profite de ce moment pour observer les gens qui viennent et qui vont sur la Place Jacques-Cartier.

Il y a de la joie dans l’air! Le retour du beau temps y est sûrement pour quelque chose. Les couples se promènent bras dessus, bras dessous. D’autres se sont installés sur un banc pour profiter du soleil. De jeunes enfants sont excités par le son strident de la trompette d’un amuseur de rue.

Comme une petite fille, Blandine s’ébaudît sur sa chaise en attendant Fernande, son ancienne collègue de travail.

« Il faudra que je revienne avec Raoul au courant de l’été. Je suis certaine qu’il apprécierait l’ambiance festive de cet endroit. « 

Au loin, elle aperçoit une dame dans la soixantaine, bien mise, qui s’approche du restaurant d’un bon pas avec un air cuistre et ridicule… Blandine croit reconnaître Fernande sous un chapeau à large rebord…

Dans sa tête, Blandine se perd soudainement dans un tintamarre de pensées plus loufoques les unes que les autres.

« Fernande? Mais qu’est-ce qu’elle a changé! Elle, que j’ai connu si discrète au travail, je ne la reconnais plus. Et si je m’étais trompée sur elle…« 

En pensant qu’elle devra passer les prochaines heures avec cette pimbêche, un goût nidoreux lui remonte subitement en bouche !


Conclusion. Je ne suis pas certaine que ce soit une bonne idée de vouloir, à tout prix, rencontrer les gens qu’on a perdu de vue depuis plusieurs années. Nos routes se sont éloignées et si elles ne se sont pas croisées à nouveau, il y a certainement une raison. Une collègue de travail n’est pas nécessairement une amie. On peut avoir plusieurs points en commun au travail mais dans la vie personnelle, cela peut être totalement différent.


Cette fois-ci, Marie nous invitait à faire se rencontrer deux personnages qui ne se sont pas vus depuis 10 ans, en intégrant les mots suivants:

sinécure, cuistre, s’esbaudir, nidoreux et tintamarre.


Pour d’autres histoires de Blandine:

  1. Tranche de vie d’une sexagénaire
  2. Toujours à la pharmacie
  3. Sa forêt magique
  4. Au bord des larmes
  5. Le retour de la bonne humeur
  6. Noir et blanc
  7. À la bibliothèque
  8. La lettre
  9. Devine qui vient luncher?
  10. Une journée de pluie
  11. L’invitation
  12. Blandine se sent belle
  13. Bonheur constant
  14. Les pages du matin
  15. La première neige
  16. Insomnie
  17. Quatorze février
  18. Ménage du printemps
  19. Odeur du jardin
  20. Trouvaille au grenier
  21. L’histoire se répète
  22. À l’improviste

Une maman

Atelier d’écriture de Ghislaine #184

Pour cet atelier, Ghislaine nous propose d’écrire un texte avec les 8 mots imposés suivants: Glisser, plisser, délice, caprice, malice, tisser, complice, aimer. En ce jour de la fête des mères, voici ce que ces mots m’ont inspiré. « Une maman ».


Une maman

Faire connaissance
Dès la naissance
D’un être si petit
Dans ses bras blotti
Des liens serrés tissés
Au fil des années

Sans conditions, aimer
Rien d’imposé
Plisser les yeux
Sourire radieux

Devenir complices
Un pur délice
Sans aucune malice
Laisser glisser
Quelques caprices
Entourer
De ses bras aimants
Voilà le rôle d’une maman.


Bonne fête des mères à toutes les mamans du monde!

Ma PAL de mai 2022

Ma pile à lire

Voilà que je reprends cette catégorie avec « Ma PAL de mai 2022 » que j’ai négligée depuis plusieurs mois. Pourtant, des livres, j’en ai lus un puis un autre. Mais, il n’est jamais trop tard pour reprendre une activité! N’est-ce pas? Alors, allons-y!

Et si je commençais par un livre que j’ai lu en avril…

Léonie et Victoria, écrit par Mélanie Calvé

Un roman historique qui se déroule dans les années ’40. Léonie décidera de quitter son village natal de Rigaud pour aller vers la grande ville de Montréal. Elle y découvrira un tout nouveau monde, complètement différent de ce qu’elle a connu à la campagne. Y trouvera-t-elle enfin l’amour? C’est ce qu’on découvrira au fil des pages de ce roman écrit par Mélanie Calvé.

J’ai adoré la plume de cette auteure québécoise qui nous fait connaître un pan de notre histoire dans un langage simple qui nous ressemble. La fin d’un chapitre nous incite à se plonger immédiatement dans le suivant.

J’ai tellement aimé que je vais me procurer un autre de ses romans: « Anaïs » qui se déroule dans le secteur de Saint-Étienne-de-Beauharnois. J’avais déjà lu par le passé: « William et Eva » qui se déroulait dans la région de Salaberry-de-Valleyfield. Deux régions que je connais bien pour y avoir travailler.

En cours de lecture…

Synchronicité par Catherine Testa

168 textes inspirants qui peuvent tomber au bon moment… tirés d’un de ses carnets écrits au courant de la pandémie.

Des citations glanées ici et là, des réflexions personnelles. Je savoure ce livre, un mot, une phrase à la fois.

Éditeur: Michel Lafon


COMME TU PEUX LE CONSTATER, J’AIME ÊTRE ENTOURÉE DE LIVRES, ET TOI? EN ESPÉRANT QUE MA PAL DE MAI 2022 SAURA T’INSPIRER.
QUE LIS-TU EN CE MOMENT?

Pour d’autres suggestions de lecture, parcourir Ma PAL à lire.

9 jours de créations florales

DÉFI CRÉATIF

Pour le mois d’avril et pour célébrer le printemps, Marie-Josée Brillion nous a lancé le défi de créer, en utilisant le médium de notre choix, sur le thème de la botanique. Le 21 avril dernier j’ai ouvert mon carnet pour te montrer mes 21 premiers jours de créations florales que tu peux également retrouver sur mon compte Instagram. #30botanicals2022. ¨Pour compléter le mois, j’arrive avec 9 autres jours de créations, ce qui complètera le challenge.

22 avril

« Ignore toute les choses qui t’empêchent d’avancer, en particulier celles qui sont dans ta tête. » – Meryl Streep


23 avril

« Un seul moment de joie chasse cent moments de tristesse. »


24 avril

« Quand tu te sens nostalgique, lève les yeux. Parce que la lune est la même où que tu ailles. – Donna T.


25 avril

« Aujourd’hui, souriez à la première personne que vous croiserez dans la rue. »


26 avril

« Faites ce qui vous convient, car il y aura toujours quelqu’un qui n’est pas d’accord. – Michelle Obama


27 avril

Les cinq sens…


28 avril

« Je fais des chansons comme un pommier fait des pommes. » – Charles Trenet


29 avril

Rondeur


30 avril

Samedi matin…


Voilà qui termine le défi sur le thème de la botanique. 9 jours de créations florales. J’espère que tu auras autant de plaisir à les regarder que j’en ai eu à les dessiner.

Et si ma maison…

Challenge d’écriture

Une passion…

En voyant cette image que Marie nous propose pour le challenge d’écriture de cette semaine, j’ai tout de suite pensé à une de mes passions qu’est la photographie.

La photographie est ma façon à moi de calmer mon intérieur.

Elle me permet de partir à l’aventure pendant quelques heures, caméra au cou et ne plus penser à rien.  Au fil du temps, je me suis vite aperçu que la photographie me permettait de voir ce monde extérieur autrement. 

Je peux tourner autour d’un arbre fruitier pendant plusieurs minutes afin de capter « LA » photo qui sera différente de celle prise par un autre, je peux marcher des dizaines de kilomètres et perdre la notion du temps.

L’écriture est une autre façon de s’évader. Déposer les mots sur papier, une lettre à la fois. Juste pour le plaisir…


Et si ma maison…

Et si ma maison une caméra était,
Des histoires à raconter, elle en aurait.

Des gens qui passent, soir et matin, en voiture
À basse vitesse ou à vive allure.
Des ados qui défilent sur une planche à roulettes
Tandis que d’autres roulent à bicyclette.
Des gens au pas de course ou des gens à pied
Qui s’arrêtent, à l’occasion, pour jaser.

Les journées passent et finissent par se ressembler
Au fil des saisons, seule la nature semble changer.

Des images à capter, il y en a, toujours il y en aura
Il suffit de regarder droit devant soi.
Cliquer, capter afin de se remémorer
De doux moments tirés du passé.