5 citations d’amour et d’amitié

5 citations d’amour et d’amitié

En ce 14 février, voici 5 citations que j’aime beaucoup ayant pour thème l’amour et l’amitié. Je les partage avec toi… en mots et en images.


Premièrement, je t’offre cette photo que j’ai intitulé: « Les yeux fermés ». J’ai photographié cette chèvre au Centre de la Nature de Laval. La chèvre est un animal facile à photographier. J’avais l’impression qu’elle prenait plaisir à poser pour moi.


Deuxièmement. Une fleur de tournesol captée dans un champ près d’Alexandria, Ontario. De magnifiques fleurs géantes qui ont toujours un regard vers le soleil.

Des mots et des images

Visite au Jardin Botanique de Montréal qui m’a permis de capter en image de jolis papillons butinant de fleur en fleur.

Citation sur le bonheur

Fleur géante parmi les tulipes photographiée lors d’un merveilleux voyage à Amsterdam. Une visite au Jardin Keukenhof, du plaisir pour les yeux!


Finalement, une autre photo captée au Jardin Keukenhof d’Amsterdam que j’avais intitulée: Larme de joie.

Des mots et des images

J’espère que ces 5 citations t’ont plu en ce jour de la Fête des Coeurs.

Pour terminer, dis-moi, quelle est ta citation préférée?


Pour d’autres citations, je t’invite à consulter la catégorie: Citations. En me suivant sur ma page Facebook, tu recevras sur ton fil d’actualité une citation à tous les lundis.

Les défis d’écriture de Ghislaine – Atelier 112

Consignes du défi d’écriture

Inspirée par Ghislaine , voici les consignes du défi d’écriture qu’elle nous a proposées pour l’atelier 112 :

Mots imposés: Vouivre, ivre, cuivre, givre, vivre, poursuivre, poivre, déprime + thème hiver


Hiver québécois

Vivre au Québec en hiver.  Tout un exploit! 

Pour plusieurs, c’est la déprime!!!


Tranche de vie

Dimanche, 9 février

Lendemain de tempête.  Je gratte le givre qui s’est déposé à l’intérieur de la fenêtre de ma chambre.

Je n’ai qu’une seule envie.  Rester bien emmitoufflée sous la couette, tasse de cuivre en main, à siroter une bonne tisane de menthe poivrée.

Mais, je dois prendre mon courage à deux mains, m’habiller en pelures d’oignons et tenter de retrouver ma voiture qui semble avoir été engoufrée par un vouivre monstrueux durant la nuit.  Armée de ma pelle et de mon balai, je pars à sa recherche. Après de multiples efforts, je finis par découvrir mon char * qui s’était temporairement transformé en abominable homme des neiges.

Comme nous le chantait Gilles Vigneault **… « Mon pays, ce n’est pas un pays, c’est l’hiver!«


* Char: ce nom masculin désigne, dans le langage québécois, un véhicule automobile, une voiture.

** Gilles Vigneault: Poète, auteur-compositeur-interprète, conteur et auteur né en 1928 à Natashquan, Québec.



J’espère que ce défi d’écriture t’a plu. J’attends tes commentaires.

Pour les autres textes, voir la catégorie : Atelier d’écriture

Des mots et des images

Mes petits bonheurs de la mi-février

MES PETITS BONHEURS – MI-FÉVRIER

Pour débuter, laisse-moi te dire que ce mois-ci, mes humeurs se transforment en petits bonheurs. Parce que oui, la vie en est remplie! Voici mes petits bonheurs – mi-février.

PETITS BONHEURS

Ces temps-ci…

  • Prendre du temps pour créer!
  • Méditer
  • Découvrir et apprendre de nouvelles choses

DÉCOUVERTE(S)

Le « selfie » revisité. Mon auto-portrait en collage.

Activité offerte par une jeune étudiante en art à la Galerie de la Route des Arts. J’ai adoré l’expérience! Charlie nous expliquait que le fait de travailler notre autoportrait sous forme de collage est un bel exercice pour améliorer l’estime de soi. Moi qui n’aime pas me prendre en « selfie », cet exercice m’a permis d’apprécier le résultat final.

Moi-même

J’ai décidé de poursuivre l’expérience avec les gens de ma famille…

Ma belle-fille
Mon fils

CITATION QUI M’INSPIRE

En ce mois de la Fête des Coeurs, j’ai choisi une citation sur l’amitié.

« L’amitié, tout comme l’amour, c’est faire attention à l’autre. »

K. Pancol

ENVIE DE…

Tout faire, tout explorer!


LECTURE

Je suis plutôt magazines ces temps-ci. Mais j’ai quand même choisi un roman à la bibliothèque. Xavier et Odile, de Jean-Pierre Charland. En cours de lecture.


CONFÉRENCE

Lutte au gaspillage alimentaire

Conférence gratuite offerte à la bibliothèque de mon quartier. Une experte de la lutte au gaspillage alimentaire du Jour de la Terre nous a offert une conférence d’une heure fort intéressante. À vos frigos offre des conférences gratuites partout au Québec et au Nouveau-Brunswick.

Pour ceux et celles qui aiment les statistiques * :
  • 47% du gaspillage alimentaire est fait par les citoyens à la maison
  • $1,100 perdus par ménage par année en gaspillage alimentaire
  • 63% de la nourriture jetée par les ménages canadiens aurait pu être consommée

Elle nous a montré comment planifier, conserver et cuisiner, en plus de nous inviter à donner en partageant nos surplus de nourriture.

Enfin, voici quelques ressources pour trouver de l’information et qui pourraient t’intéresser :

*Sources: Second Harvest et VCMI (2017), Conseil National Zéro Déchet (2017)

Voilà, c’était le partage de « Mes petits bonheurs de la mi-février ». En espérant que tu profites de ces quelques découvertes.

Pour terminer, dis-moi, que fais-tu de ton côté pour éviter le gaspillage alimentaire?


Lettre d'amitié
De mes nouvelles aux deux semaines
Pour recevoir ma lettre d’amitié et ne rien manquer, inscris-toi en remplissant le formulaire ci-dessous. Rends-toi ensuite dans tes courriels pour valider ton inscription. 
Des mots et des images

Challenge d’écriture 2020 #5

CINQUIÈME THÈME PROPOSÉ

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. Me voici à nouveau pour le cinquième thème proposé.


Pour le rendez-vous de cette semaine, Marie nous propose un voyage en Orient…

Les sons, les épices, les couleurs, l’atmosphère, les odeurs, les saveurs, les tissus… N’ayant jamais visité les pays d’Orient, voici ce que j’ai écrit…


Une envie de dépaysement

Depuis quelques jours, une envie de dépaysement s’est emparée de moi.  Cette invitation à dîner tombe à point.  Il a le don de lire en moi, même à distance.

18h pile. 

Il arrive du travail.  Malgré la neige qui tombe depuis quelques jours, il est toujours aussi ponctuel.  Il stationne en double devant la maison.  En gentleman qu’il est, il vient à ma rencontre et me tend la main afin de m’aider à enjamber le large banc de neige laissé par la charrue * un peu plus tôt.   

18h50

Nous arrivons enfin au restaurant.  Heureusement, le valet prend immédiatement en charge la voiture, le stationnement se faisant plutôt rare sur le Plateau.

Dès qu’on nous ouvre la porte, j’entends la musique et déjà, j’ai l’impression d’être transportée ailleurs. C’est en plein ce dont j’avais besoin.  L’ambiance est extraordinaire.  J’ai déjà oublié les flocons blancs qui s’étaient déposés sur l’encolure de mon manteau laissé au vestiaire.

Il a pris soin de nous réserver une table à l’écart.  Que j’aime ces moments d’intimité.

Le décor de la place est exceptionnel.  Un décor oriental qui nous envoûte dès les premiers instants.  Chaque petit détail attire mon attention, me fait sourire, attise mes cinq sens. 

Plein la vue… une orchidée déposée dans un vase, une ombrelle de papier, une tapisserie parsemée de dorure… je me surprends même à effleurer les riches tissus qui recouvrent la table et les fauteuils… je me laisse emporter par la musique… je ferme les yeux pour mieux humer les odeurs provenant de la cuisine… et finalement, je goûte à ces plats aux parfums entêtants que nous a suggérés le chef.

Presque 22h.

Et c’est à regret que je quitterai cet univers de soleil et d’épices pour affronter à nouveau la poudrerie ** qui s’est vivement intensifiée durant les dernières heures.


* Charrue : Au Québec, une charrue peut être une souffleuse à neige ou un chasse neige qui passe l'hiver sur les routes pour dégager les voies de circulation. 
** Poudrerie :  Au Québec, neige fine et sèche que le vent fait tourbillonner. 

Pour lire tous mes textes, consulte la catégorie: Atelier d’écriture.


Pour recevoir ma lettre d’amitié et ne rien manquer de ce que je publie, inscris-toi en remplissant le formulaire ci-dessous. Rends-toi ensuite dans tes courriels pour valider ton inscription. 

Des mots et des images

La citation du lundi #74

Citation du lundi #74

Voici la citation du lundi #74 que j’ai choisie tout spécialement pour toi.

On a tous besoin d’une personne qui nous rappelle que la vie est belle. – Auteur inconnu

Que ce soit en amour, en amitié, rappelons toujours aux autres que la vie est belle malgré les embûches que nous devons affronter. Rappelons nous mutuellement que le bonheur se retrouve à coup sûr dans les petites choses au quotidien.


J’ai immortalisé ce moment en photo lors d’une promenade dans un quartier d’Amsterdam. J’aime croquer les scènes de rue. Celle-ci me rappelait l’amitié.

Croquée dans un quartier d’Amsterdam. Crédit: Josée Cousineau

Je suis certaine que tu aimeras le billet que j’ai écrit sur l’amitié.

Pour d’autres citations, je t’invite à consulter la catégorie: Citations.

Pour recevoir la citation du lundi sur ton fil d’actualité, abonne-toi à ma page Facebook: Des mots et des images.


Inscris-toi à ma lettre d’amitié afin de ne rien louper. Après avoir complété le formulaire ci-dessous, assure-toi de vérifier tes courriels afin de confirmer le tout. (Tu ne vois pas mon courriel? Vas dans tes pourriels ou indésirables, j’y suis probablement)

Des mots et des images

Souvenirs d’enfance – Le boulanger et le laitier

Le boulanger et le laitier

À tous les jours, le boulanger et le laitier sillonnaient les rues de notre quartier à bord de leur camion et nous livraient le pain et le lait directement à notre porte.

Le laitier

À l’époque, le lait était vendu dans des pintes de verre.  On pouvait même voir la crème qui reposait tranquillement sur le dessus.  En hiver, elle faisait même sauter le bouchon si on laissait la pinte trop longtemps sur le balcon.

Pour laisser savoir au laitier que nous avions besoin de lait, on devait afficher un carton à notre fenêtre et on laissait tout simplement les bouteilles vides sur le perron.

À l’époque la pinte de lait se vendait $0.24. * Je me souviens qu’on laissait notre pièce de $0.25 dans la bouteille de verre.  Est-ce qu’on pourrait encore faire ça de nos jours?

Mais il n’y avait pas que le lait que nous pouvions nous procurer auprès du laitier.  Il y avait aussi la crème fraîche, les œufs, le beurre et le lait au chocolat.  Lorsque ma mère achetait une pinte de lait au chocolat, alors là, c’était la fête!

Apparemment que le métier de laitier à domicile existe encore à certains endroits.

Crédit photo: Josée Cousineau

Le boulanger

Le boulanger aussi passait de porte en porte.  Même principe, on laissait notre carton à la fenêtre pour lui indiquer que nous désirions acheter du pain.  Je me souviens que nous avions accès aux produits boulangers en entrant par l’arrière du camion.  Ca sentait tellement bon!

Pains tranchés, pains croûtés, brioches, beignets fourrés à la crème et à la confiture, petits gâteaux Vachon, biscuits, petits gâteaux St-Joseph, tartes aux fruits et tartes au sucre se chevauchaient sur les tablettes pour nous en mettre plein la vue.

Tout était frais! Les beignes allemands recouverts de sucre en poudre ainsi que les brioches à la confiture glacées à la vanille faisaient partie de mes desserts préférés.  Rien à comparer à ce qu’on nous vend de nos jours!

Les laitiers et les boulangers faisaient partie de notre vie, ils connaissaient tout de notre famille, ils connaissaient même nos préférences.

Quoi d’autres …

Chez ma grand-mère, qui habitait à Montréal dans le quartier Villeray, j’ai souvenance du vendeur de glace, du « guenilloux » et de l’aiguiseur de couteaux qui passaient dans la ruelle.

Et toi, tu as connu ce type de marchands?



*Source: Sympatico/actualités

Comment célébrer la Fête des Coeurs.

La fête des amoureux

Un peu partout à travers le monde, le quatorze février est synonyme de « Fête des amoureux « . Une occasion pour les gens de démontrer leur amour en échangeant cadeaux et voeux avec l’être aimé.e, mais aussi une occasion pour les commerces de renflouer leurs coffres. Mais qu’en est-il de tous ceux et celles qui n’ont pas encore rencontré l’âme soeur? Doivent-ils rester chez eux roulés en p’tite boule pour autant?

De là, m’est venue l’idée, il y a de cela quelques années, de troquer la St-Valentin par la Fête des coeurs.

Illustration: Anne-Marie Leroux

Malgré que, selon moi, on devrait démontrer aux autres qu’on les aime à l’année longue et non pas seulement en février, le mois de février est devenu le mois durant lequel je profite du moment pour distribuer de l’amour à tous ceux que j’aime, allant de l’amoureux aux membres de ma famille et de mes ami.es, et ce, de diverses façons. Ne serait-ce qu’un simple…

  • appel téléphonique;
  • message texte;
  • rendez-vous pour un café/ou un verre de vin

Pour te faciliter la tâche, j’ai pensé réunir une vingtaine d’idées pour surprendre l’autre, pas seulement à la St-Valentin, mais plutôt tout au long de l’année. Pas seulement l’amoureux ou l’amoureuse, puisque que certaines de ces idées peuvent facilement s’appliquer à notre enfant ou à un.e ami.e.

Voici donc les idées que j’ai, pour la plupart, déjà expérimentées!

J’espère que ces quelques suggestions t’ont plu! N’hésite pas à me laisser en commentaire ce que tu as envie d’essayer cette année!


Ce billet m’a été inspiré par le Rendez-vous des blogueurs qui nous suggérait d’écrire sur la St-Valentin.

Pour l’entête, j’ai utilisé une illustration créée par une amie: Anne-Marie Leroux.

Illustration: Anne-Marie Leroux

Tu pourrais trouver d’autres idées sur le billet: Plani de février


Fais partie de mon cercle en t’abonnant à ma lettre d’amitié.

Tu remplis tout simplement le formulaire ci-dessous, tu retournes dans tes courriels pour confirmer ton inscription, et voilà! Tu recevras de mes nouvelles à toutes les deux semaines.

Des mots et des images

Challenge d’écriture 2020 #4

QUATRIÈME THÈME PROPOSÉ

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. Me voici à nouveau pour le quatrième thème proposé.


Écrire un texte qui doit débuter par:

Le 7 septembre 2019, à la tombée du soir, alors que je désherbais mon potager, une voiture se gara devant la maison et un homme à la cinquantaine et à la calvitie avancées en descendit. 


Monsieur Brochu

Le 7 septembre 2019, à la tombée du soir, alors que je désherbais mon potager, une voiture se gara devant la maison et un homme à la cinquantaine et à la calvitie avancées en descendit.  Les soirées devenaient de plus en plus fraîches. Déjà! Il avait revêtu son cardigan de laine marine et sa casquette à carreaux pour se protéger de la fraîcheur automnale qui devenait de plus en plus présente.

Image: Pixabay

A toutes les semaines, à la même  heure, il était toujours fidèle à ce rendez-vous depuis près de trente ans.  Mêmes gestes, comme un rituel.  De son coffre arrière, il sortit une espèce de charriot pour enfants qu’il emplit de « Publisac »… Et c’est ainsi qu’il parcourait notre rue hebdomadairement distribuant journaux locaux et circulaires. Je dois avouer, bien honteusement, que tout ce papier se retrouvait systématiquement dans le bac bleu servant au recyclage.

Monsieur Brochu terminait toujours sa tournée par notre maison et il en profitait pour me piquer une petite jasette avant de retourner chez lui.

Mais ce soir-là…

C’est la mine basse et l’air penaud qu’il vint me rejoindre au jardin.  Il venait m’annoncer que ce serait la dernière fois qu’il se garerait devant chez moi. À la réunion du conseil de la municipalité du mois d’août, les membres avaient pris une décision. À l’unanimité, on avait décidé d’interdire la distribution du Publisac dans notre quartier.  Dorénavant, les gens devraient les consulter en ligne.

C’est bien dommage! Les contacts humains se faisant de plus en plus rares dans notre société, j’aimais bien cette pause hebdomadaire. M’arrêter et prendre le temps de placoter avec ce Monsieur Brochu !

Et c’est en cette fin de soirée du 7 septembre 2019 que cet homme à la cinquantaine et à la calvitie avancées remontat dans sa voiture tandis que je continuais à désherber mon potager.


Pour lire tous mes textes, consulte la catégorie: Atelier d’écriture.


Pour recevoir ma lettre d’amitié et ne rien manquer de ce que je publie, inscris-toi en remplissant le formulaire ci-dessous. Rends-toi ensuite dans tes courriels pour valider ton inscription. 

Des mots et des images

La citation du lundi #73

La citation du lundi

Voici la citation du lundi #73 que j’ai choisie tout spécialement pour toi.

Des mots et des images

« L’amitié, tout comme l’amour, c’est faire attention à l’autre. » – K. Pancol

Moment de réflexion: À quand remonte la dernière fois où j’ai pris des nouvelles d’un.e ami.e?


Dis-moi, as-tu apprécié la citation du lundi #73 ? Oui? Alors je t’invite à semer un peu de bonheur autour de toi en partageant cette page avec un.e ami.e en utilisant l’un des icônes ci-dessous.


Des mots et des images

J’ai immortalisé ce moment en photo lors d’une simple promenade au Parc Barron à Lachute. Parc que j’aime en toutes saisons.

Je suis certaine que tu aimeras le billet que j’ai écrit sur l’amitié.

Pour d’autres citations, je t’invite à consulter la catégorie: Citations.

Pour recevoir la citation du lundi sur ton fil d’actualité, abonne-toi à ma page Facebook: Des mots et des images.


Inscris-toi à ma lettre d’amitié afin de ne rien louper. Après avoir complété le formulaire ci-dessous, assure-toi de vérifier tes courriels afin de confirmer le tout. (Tu ne vois pas mon courriel? Vas dans tes pourriels ou indésirables, j’y suis probablement)

Souvenirs d’enfance – La boîte à lunch

La boîte à lunch

Dès ma première année, je devais apporter mon « lunch » pour le dîner.  Aucune école de construite près de chez moi, je devais prendre l’autobus scolaire pour me rendre à l’école située à plusieurs kilomètres de la maison.

Les petites boîtes à lunch du temps étaient fabriquée en métal.

Menu principal

Étant très difficile à l’époque côté alimentaire, mon menu n’était pas très diversifié.  Et il faut dire aussi que dans les années ’60, le choix des aliments était beaucoup moins nombreux à l’épicerie que de nos jours.

J’ai mangé beaucoup de sandwiches au « Paris Pâté », sans moutarde.  Juste du beurre.  Pain blanc évidemment.  Au fil du temps, mon menu a été un peu plus varié : sandwich au poulet mayonnaise, sandwich au jambon moutarde et le vendredi, j’avais droit au sandwich au beurre d’arachide Kraft agrémenté d’un peu de confiture.

Les crudités se limitaient aux concombres, au céleri et aux carottes.  Pommes et bananes se sont côtoyées dans ma boîte à lunch pour l’heure de la collation.  En hiver, l’orange agrémentait l’heure de mon dîner de par sa couleur et son goût sucré.  À chaque hiver, mes parents revenaient de la Floride avec d’immenses sacs de filet gorgés d’oranges et de pamplemousses roses. Ils avaient fait le plein de vitamines sur la plage, tandis que je faisais le plein en mangeant des agrumes.

Dessert et breuvage

Pour le breuvage, ma mère me donnait de l’argent pour que je me procure des coupons qui me donnaient droit à un demiard de lait ou de lait au chocolat. Comme la plupart des enfants, j’optais le plus souvent pour le chocolat au lait. On devait faire la file à tous les midis pour récupérer notre petite bouteille de verre.

Les p’tits gâteaux Vachon étaient très populaires pour le dessert.  Qui ne connait pas les petits gâteaux Vachon? Le choix était beaucoup plus varié que pour les fruits et légumes : le Jos Louis, la ½ lune au chocolat ou à la vanille, et le papillon.  À l’époque ces petits gâteaux ne coûtaient que 10 cents l’unité.

Et si je te parlais des boulangers et des laitiers qui nous desservaient à domicile…

À suivre…