Des mots et des images

52 souvenirs d’enfance – Ma première bicyclette

Ma première bicyclette

J’ai reçu ma première bicyclette à l’âge de 6 ans.  Une CCM bleue turquoise et blanche 24 pouces. Les freins aux pédales.  C’est d’ailleurs la seule et unique bicyclette que j’ai eue.  On avait affaire à prendre soin de nos choses lorsque nous étions enfants car la vie n’était pas toujours facile côté financier.

Mes parents avaient choisi cette bicyclette dans le but que je la conserve longtemps, car je me souviens très bien que j’avait de la difficulté à l’enfourcher et même d’atteindre les pédales.  Ce vélo était beaucoup trop haut pour moi.  La preuve, mon père avait même fixé des blocs de bois sur les pédales pour me faciliter la tâche… et deux petites roues à l’arrière pour me permettre de garder l’équilibre.

À tous les ans, mon père prenait le temps de repeindre mon vélo ou du moins faire de petites retouches de peinture pour s’assurer que la rouille ne l’atteigne pas. 

Des genoux écorchés, j’en a eus!!!  Des « débarques », j’en ai pris!!!  Mais bon, ne dit-on pas que c’est en forgeant qu’on devient forgeron! Tiens cette citation me rappelle que mon grand-père paternel était forgeron de métier!

J’ai gardé cette bicyclette longtemps!!! Je l’ai même encore utilisée une fois mariée.  Et un jour, j’ai pris la décision de la vendre à une dame qui ne pouvait pas utiliser une bicyclette avec vitesses aux poignées à cause de l’arthrite qui la contraignait dans ses gestes.

C’est avec la larme à l’oeil que je vois ma bicyclette prendre une autre route!


4 réflexions sur “52 souvenirs d’enfance – Ma première bicyclette

  1. ANNE ZAVAN dit :

    Je me demande si tu as de la nostalgie pour ta bicyclette ou est ce que c’est pour toi un souvenir qui te ressource en bien être ?
    Je te demande cela parce que je n’arrive pas à m’éviter d’avoir d’être nostalgique dans mes souvenirs, de voir le temps passer et d’y trouver du réconfort. Merci pour ton article.

    • Josée Cousineau dit :

      Ce que tu me dis me porte à réfléchir. En me relisant, je dirais que c’est plutôt une source de bien-être. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai été longtemps à avoir de la difficulté à me départir des choses qui font partie soit du passé, soit de souvenirs. Puis, un jour, je me suis dit que pour avancer dans la vie, on doit parfois se départir d’objets qui encombrent et qui nous ramènent continuellement au passé. Un moment donné, on doit passer à autre chose. Merci Anne de ton passage sur mon cybercarnet! Bisousxxx

  2. ANNE ZAVAN dit :

    ah je comprends, on vit les souvenirs de façon inversée, pour toi du bien être dans lequel tu as envie de rester et pour moi de l’inconfort qui me pousse toujours en avant . Merci pour ta réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *