À mon propre rythme

Retour en arrière

Retournons en mars 2020. On nous confinait pour la première fois. Certains y croyaient plus ou moins, d’autres disaient que nous en avions pour des années avant le retour à la normale.

Incroyable! Ça fait déjà plus de quinze mois!

Adaptation

Il a fallu s’adapter et bientôt, il faudra s’adapter à nouveau. Cette peur d’approcher les gens qui me sont inconnus, à moins de deux mètres, il faudra bien un jour que je la mette de côté.

Je sais ce que je veux, je sais ce que je ne veux plus

Est-ce que je resterai craintive? À cette question, je répondrais « sûrement ». Il y a certaines habitudes qui resteront bien ancrées en moi. Par exemple, je n’ai plus envie de bains de foule comme par le passé. Je n’ai vraiment plus envie de me joindre à différents festivals. Je n’ai plus envie de me cloîtrer dans une salle de cinéma ou dans un avion. J’ai besoin de ma bulle!

Par contre, j’ai très envie de faire d’immenses câlins à mes enfants et petits-enfants. Mais j’appréhende déjà ce moment, car me connaissant, je sais qu’il sera chargé d’émotion.

À mon propre rythme

Je suis heureuse que le gouvernement fasse les choses étape par étape. Ça va me permettre d’y aller selon mon propre rythme. Je n’ai pas très envie d’être bousculée. Je veux prendre mon temps!

Pour débuter, afin de célébrer notre anniversaire de mariage, nous avons prévu un souper en tête à tête… sur une terrasse. C’est un premier pas.

Durant la dernière année, j’ai appris à apprivoiser la solitude, j’ai appris à vivre avec moi-même. L’Homme et moi avons apprécié plusieurs aspects du confinement. Par exemple, les livraisons à domicile en hiver, c’est merveilleux! Surtout pour lui qui déteste le froid. J’ai créé comme jamais en participant à différents ateliers en ligne.

Trouver du bon durant la pandémie

Tu sais, la pandémie n’a pas que du mauvais. Elle m’aura permis d’apprécier tous ces petits moments, ces petits bonheurs que nous offre la vie. Se faire de bons repas, dresser la table comme si c’était jour de fête en tout temps, sortir la belle vaisselle, siroter un verre de vin, manger du popcorn devant un bon film, et j’en passe!!!

Je ne t’apprends rien en te disant que les contacts sociaux en personne ont été coupés au maximum. Remplacés et même multipliés autrement. Par des contacts téléphoniques, vidéoconférences, zoom, courriels, messages textes. Et certains en ont profité pour couper les ponts. Dommage! Mais ça reste leur choix!

En conclusion

Pour terminer, personnellement, je trouve tellement important que chacun se déconfine à son propre rythme. Je ne sais pas pour toi, mais de mon côté, je respecterai le choix de chacun et en retour, je m’attends à ce que les autres respecte le mien.


Pour voir mes créations du moment, suivez-moi sur Instagram

Ne manquez aucun de mes billets en vous inscrivant à ma lettre d’amitié.

Pour recevoir ma lettre, en toute amitié, à toutes les deux semaines, remplis le formulaire ci-dessous. N’oublie pas de confirmer ton inscription en retournant dans ta boîte de courriel.

6 réflexions sur “À mon propre rythme

  1. Isabelle Frappier dit :

    Comme dans tout, le respect des choix des gens autour de soi est très important; personnellement, je n’ai aucune inquiétude à l’idée de côtoyer des inconnus de plus près et je suis impatiente de laisser tomber le masque mais je comprends tout à fait que ce n’est pas le cas de tout le monde et je ferai attention de ne pas envahir leur bulle. Je trouve ça très bien que tu t’écoutes et que tu y ailles à ton rythme.

    Bon déconfinement!

    • Josée Cousineau dit :

      Merci Isabelle! Ça va faire tout drôle lorsqu’on va pouvoir retirer le masque, car c’est devenu un automatisme!

  2. Marie Kléber dit :

    Mais oui tout doit se faire pas à pas Josée!
    J’avoue que je ne suis pas friande des terrasses des restaurants pour le moment. Et que je pense privilégier les salles de cinéma de quartier pendant un temps.
    La solitude a été lourde au début du confinement. Et puis j’y ai pris gout, cela m’a fat du bien vraiment. J’en avais besoin pour me retrouver et trouver mon rythme.
    Je te souhaite de belles retrouvailles avec les tiens déjà! Ce sont mes amies qui m’auront manqué le plus!
    Grosses bises

    • Josée Cousineau dit :

      Après la terrasse, malgré que j’étais contente d’y être, nous nous sommes dit : On est bien à la maison! Je ne crois pas qu’on y retourne souvent.
      Marie, je ne sais pas pour ton coin de pays, mais ici, les tables extérieures sont tellement à distance, je ne me suis pas sentie à risque. Et pas question de se lever sans le masque, c’est obligatoire. On ne le retire que rendu à notre table. Pour ce qui est de la famille, malheureusement les frontières entre les provinces sont encore fermées. Et ma famille habite de l’autre côté. 🙁 Bisousxx et merci de ton passage.
      P.s. je vais reprendre les challenges d’écriture, j’avais pris une petite pause.

  3. colettedc dit :

    Comme il est bon, Josée, de te lire sur ce billet. Oui, nous avons changé bien des habitudes et je crois bien fort que certaines resteront. Pour un bien, pour un mal, on ne sait. Moi de même, j’aime prendre mon temps pour revenir «au normal». Je me dis que rien de presse. C’est aussi vrai que nous avons fait bien des choses que nous n’aurions pas faites autrement. Je compte bien aussi respecter les autres dans ce sens.
    Bonne soirée 😀

    • Josée Cousineau dit :

      Tu as tellement raison Colette, durant la pandémie, j’ai pris beaucoup plus de temps pour la création, pour la lecture, pour l’écriture. Merci de ton commentaire!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *