Vert

Vert, vert

« Vert, vert! C’est tout ce qu’on entend de nos jours! » me lance-t-elle l’autre jour à partir de son balcon.

Elle se lève de sa chaise pliante pour s’appuyer sur la rampe en me disant : « Madame Chose, il y a quelque chose que je ne comprends pas. On nous parle d’être vert, d’être écolo. Alors pouvez-vous m’expliquer pourquoi les bacs de recyclage sont bleus? Je compte bien en parler lors de la prochaine assemblée municipale. » continue-t-elle.

Et oui, elle est comme ça ma voisine! Toujours en train de rouler ses yeux vert émeraude vers le haut, toujours à se poser mille et une questions! Questions auxquelles personne ne semble être en mesure de répondre.

Elle poursuit en me disant : « Savez-vous pourquoi le gazon semble toujours être plus vert chez le voisin? »

Question à double sens! J’allais lui répondre que les gens ne nous montrent que le bon côté d’eux-mêmes. Même sur les réseaux sociaux, les gens ne parlent que de bonheur, de bonnes bouffes, etc, etc… À croire que pour être heureux, on doit absolument manger de la crème de brocoli! Mais telle n’était pas le but de sa question, elle parlait de la pelouse de Monsieur Denface.

« C’est bien simple, Madame Côté« , que je lui réponds,

« Monsieur Denface, losqu’il revient du golf, il prend plaisir à se mettre à quatre pattes pour arracher les pissenlits! Sa pelouse est toujours parfaite parce qu’il en prend soin comme de la prunelle de ses yeux!« 

Ouf! L’été ne fait que commencer! J’pense que je vais aller me faire une tasse de thé à la menthe pour me calmer!


Ce court texte m’a été inspiré par le groupe d’Olivia Bellington, L’atelier – Des mots, une histoire.

À quoi vous fait penser le mot vert ? Laissez-vous aller, il n’y a pas de mauvaises réponses, toutes les associations sont les bienvenues. À présent que vous avez toute une liste de mots, choisissez-en dix, ceux qui vous parlent le plus, et écrivez un texte en les y intégrant.

Mes mots : Golf Gazon Pelouse – Pomme – yeux – lumière – arbre – sapin – thé – épinard – feuille – écolorecyclage – menthe – champ – émeraude brocoli – chou – tomate – été


Autres textes sous : Atelier d’écriture

Pour recevoir ma lettre, en toute amitié, à toutes les deux semaines, remplis le formulaire ci-dessous. N’oublie pas de confirmer ton inscription en retournant dans ta boîte de courriel. 

Crédit photo d’en-tête : Image par Ulrike Mai de Pixabay

Rendez-vous gourmand

Il est onze heures.

Comme à tous les matins, je prends mes clés et je marche jusqu’à la boîte aux lettres qui est située à quelques centaines de mètres de la maison.
En ouvrant la boîte, un dépliant attire mon attention.

« Tiens, jeudi prochain, une nouvelle chocolaterie ouvrira ses portes!« 

Pour l’occasion, les gens du quartier sont invités pour un cocktail de bienvenue. Quelle bonne idée!

Jeudi arrive enfin!

Il est presque 18 heures. J’enfile mon manteau, je ne veux surtout pas être en retard à ce rendez-vous gourmand! Une amie, aussi « bibitte à sucre » que moi, m’attendra dans le stationnement de la chocolaterie!

En ouvrant la porte de la boutique, nous sommes accueillies par le son d’une clochette… et surtout par l’odeur qui règne dans la pièce! Dès notre arrivée, une jeune fille, tout sourire, vient à notre rencontre et nous offre un cadeau de bienvenue! Une petite boîte « dégustation » décorée d’un joli ruban. À l’intérieur de la boîte, quatre chocolats dont un au caramel… mon préféré!!!

L’hôtesse nous invite ensuite à passer dans la salle attenante à la chocolaterie en nous offrant une coupe d’un délicieux champagne rosé.
La chocolatière nous y attend.

« Bonsoir tout le monde et merci d’être venu en si grand nombre, j’aimerais vous souhaiter la bienvenue au « Délice chocolaté de Mathilde »!


Ce texte m’a été inspiré par un défi lancé par Olivia Bellington du groupe « L’atelier – Des mots, une histoire« .

Défi

Que vous inspire ce mot, bienvenue ? Notez tout ce qui vous vient en tête, du plus simple au plus farfelu. (ça peut être paillasson, par exemple, vous savez, ceux avec le mot « bienvenue » inscrit dessus ?). Quand vous avez une vingtaine de mots, sélectionnez-en dix et écrivez un texte en les intégrant.


Mes mots : Accueil – nouveauporte cocktail – nouveau-né – note – arrivée – souhaiter – discours – bonjour – cadeausourire – pancarte – lettre – groupe – travail – accueillir quartier – politesse – maison

Dix janvier 2021

10 janvier 2021

Il fait beau.  Le ciel est bleu mur à mur, pas un seul  nuage à l’horizon.  On pourrait penser que la chaleur est de retour, qu’on pourrait aller s’asseoir sur une terrasse et siroter un « Blue Lady » à base de gin et de Curaçao.  Et pourtant…  il vaut mieux s’encloîtrer dans la maison, devant le feu, les deux mains sur une tasse de café bouillant. Le froid est presque sibérien et toujours covidien.

Encore une dizaine de semaines avant l’arrivée du printemps.  S’agiteront à nouveau les geais bleus recherchant les matériaux nécessaires à la construction du nid qui accueillera leurs oisillons insouciants du virus variant.

Mais en attendant l’été, absolument rien ne peut m’empêcher de rêver.  Je ferme les yeux, je replonge dans mes souvenirs,  je vois la mer et à l’horizon, je rêve d’une complète métamorphose, d’un semblant de monde meilleur, un monde aux couleurs de l’arc-en-ciel!

Ça va bien aller!


Ce texte a été écrit suite à un défi lancé par Olivia Bellington du groupe « L’atelier – Des mots, une histoire« .

Le défi :

Quand je vous dis rouge, quels mots vous viennent à l’esprit ? Sang, passion, interdit, fraise, colère, rubis, poivron, piment,… Ou peut-être cerise, rage, feu, Japon, coquelicot,… Un seul mot fait penser à une multitude d’autres, parfois sans réel rapport, mais peu importe. Le mot de départ ici sera BLEU. Trouvez une vingtaine de mots en rapport avec Bleu. De la liste de ces mots, sélectionnez-en douze et écrivez un texte décrivant une métamorphose .

Mes mots : BLEU : CIEL – POUDRE – HORIZON MER – OCÉAN – GEAIS ÉTÉ NUAGE BEAU CHALEUR – FLEURS – ÉCHYMOSE – PORTE – MAISON – COULEUR – ARC-EN-CIEL – SCHTROUMPFETTE – ÉPONGE – CURAÇAO – COULEUR

Challenge d’écriture 2020 #40

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. Me voici à nouveau pour le 40e thème proposé.

Cette semaine, elle nous propose de mettre un peu de douceur et de légèreté dans la vie des uns et des autres et de dresser chacun à notre manière notre liste de Noël idéale! 


LETTRE AU PÈRE NOËL

À :  Père Noël
1  Rue du Ciel Étoilé
Pôle Nord

Cher Père Noël,

Avant de te donner ma liste, laisse-moi te dire que j’ai atteint la soixantaine!  Et oui, je crois encore au Père Noël.  Tu sais, s’il n’existait pas, je ne serais pas en train de t’écrire.

J’espère que tu te portes bien et que tu te gardes bien au chaud dans ton Pôle Nord lointain.  Heureusement que tu as la Mère Noël ainsi que tes petits lutins avec qui tu pourras célébrer la fête de Noël! 

Non, ne sois pas si triste, ici c’est pareil.  Chacun reste chez soi, on ne voudrait surtout pas transmettre le virus aux gens qu’on aime.

J’imagine que tu ne feras pas la tournée des cheminées le 24 décembre, comme tu le fais habituellement.  Ce serait trop risqué pour toi qui prend de l’âge!

Alors, cher Père Noël, cette fois-ci, je n’ai qu’une seule demande à te faire.  Tu auras sans doute besoin de l’aide de ta bonne fée des étoiles et de sa baguette magique pour réaliser mon voeu qui se veut tout simple… alors voici ma courte liste…

Pourrais-tu t’assurer que les gens sur la terre entière demeurent raisonnables cette année en oubliant les célébrations qui se font habituellement chez les uns et chez les autres?  C’est tout ce que je te demande…

Une soirée dans une vie, qu’est-ce que c’est si ce n’est que d’épargner les gens qu’on aime de ce foutu virus afin de s’assurer de plusieurs beaux Noëls dans le futur!

Merci du fond du cœur , cher Père Noël. Je t’embrasse très fort et je te fais un immense câlin… virtuel!

Signé : Moiqui t’aime depuis que je suis toute petite.


Des mots et des images

J’ai tellement aimé ce thème que je le propose ce mois-ci sur le groupe de La blogo qui déchire.

J’ai 65 ans. Et puis?

En me levant ce matin, j’ouvre le rideau et c’est un sol blanchi par la neige qui m’accueille. Un sol aussi blanc que la couleur de mes cheveux de soixantenaire.

Je me souviens, petite, je trouvais mes tantes de quarante ans tellement, mais tellement vieilles! Et pourtant, il y a belle lurette que j’ai franchi le cap de la quarantaine.

Et puis? Ça fait quoi?

À chacun de mes anniversaires, je me dis… que je n’ai qu’une journée de plus qu’hier. Je n’ai quand même pas vieilli d’une année entière en l’espace d’une nuit!!!

« Vivre c’est vieillir, rien de plus. »

– Simone de Beauvoir

Mon corps

Ce corps qui change, je l’avoue, pas toujours pour le mieux, bien évidemment. Mais ce corps, c’est le mien. Celui qui me permet de vieillir, de vivre et surtout de ne pas mourir.

Pourquoi serais-je furieuse à l’apparition d’une nouvelle ride? Ces lignes qui sont le reflet de mes peines et de mes joies. Pourquoi devrais-je me ronger les sangs à tous les matins en m’observant dans le miroir. Ce corps m’appartient et c’est celui qui me permet de vivre le moment présent, celui qui me permet d’avancer, celui qui me permet de jouir pleinement de la vie.

« Cacher son âge, c’est cacher ses souvenirs. »

– Arletty
Après tout, l’âge n’est qu’un chiffre.

Ce qui compte vraiment pour moi, c’est l’âge qui me trotte dans la tête, c’est l’âge de mon coeur. Parfois, je me sens encore comme si j’avais vingt ans et il m’arrive même, à l’occasion de redevenir la petite fille de six ans que j’étais, remplie d’innoncence et qui croyait déjà au bonheur certain.

Sauf que je dirais que certains matins, les douleurs musculaires et mes vieux os me ramènenet vite à la réalité des années accumulées.

Mais…

L’important n’est-il pas tout simplement… d’être bien dans sa peau?


« Personne n’est jeune après quarante ans, mais on peut être irrésistible à tout âge. »

– Coco Chanel

Challenge d’écriture 2020 #38

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. Me voici à nouveau pour le 38e thème proposé.

Voici ce qu’elle nous proposait pour cette semaine. Composer un texte en y intégrant la phrase suivante au milieu du récit : “avec mes lunettes à double foyer, j’avais une vision de cul de bouteille”


Les lunettes

Aujourd’hui, je m’imagine portant différentes paires de lunettes.

La pluie tombe dans mon coin de pays!  Les arbres sont dégarnis, de tout ce qu’ils avaient de plus beau. Tout est gris!  C’est la grisaille de l’automne! 

Et si j’enfilais mes lunettes roses! 

Ces lunettes qui me feraient voir la vie en couleur!

Dès le retour du soleil, je m’empresserai de sortir…

…mes verres fumés…

… qui camoufleront à la perfection les larmes qui semblent s’être installées en permanence en bordure de mes cils. Ces larmes prêtes à ruisseler tout doucement sur mes joues, à la moindre émotion, laissant un goût salé sur mes lèvres chevrotantes.

Ces lunettes qui  me redonneraient une assurance à tout épreuve. Les gens ne devineraient plus mes doutes, mes angoisses perpétuelles.

Soudainement, je me rappelle qu’avec…

mes vieilles lunettes à double foyer,

j’avais une vision de cul de bouteille.  Mais où sont-elles? 

J’ai une envie irrésistible de les porter à nouveau afin que mon esprit puisse s’accrocher, comme par magie, au moment présent.  Sans culpabilité.

Ces lunettes qui m’empêcheraient de revenir continuellement sur le passé. 

Je me souviens…

... lorsqu’elles s’appuyaient sur le bout de mon nez, les images devenaient de plus en plus floues!  

Et c’est ce dont j’ai besoin en ce moment.

Mais où ai-je donc rangé ces lunettes?

Pour lire d’autres de mes participations à différents ateliers d’écriture, je t’invite à visiter la catégorie : Atelier d’écriture.

Challenge d’écriture 2020 #37

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. Me voici à nouveau pour le 37e thème proposé.

Voici ce qu’elle nous proposait pour cette semaine. Composer un texte en y intégrant les mots suivants :

radoter, célèbre, agriculture, cirage, limonade, potion, essai.


Berthe

Elle se prénomme Berthe.  Elle aime passer ses journées à se bercer sur le balcon, tricot en main.  De ses mains ratatinées par l’âge, mais surtout par le dur ouvrage, elle fabrique tuques, mitaines et foulards de toutes les couleurs pour les plus démunis du village.  C’est sa façon à elle de passer le temps.

C’est avec les dames du Cercle des Fermières* qu’elle a d’ailleurs appris à manier les aiguilles si habilement.  Elle n’en est plus à son premier essai!

Épouse de cultivateur, elle a consacré une grande partie de sa vie à l’agriculture, en plus de s’occuper de la maisonnée.  Entre l’éducation des enfants, la popotte à préparer et le cirage des parquets, elle n’avait guère de temps pour le tricot à cette époque de sa vie.

Ayant atteint un âge que je qualifierais de fort respectable, elle prend maintenant le temps de faire ce qu’elle aime. Tricoter et placotter**!

Il n’est pas rare de la voir déposer son tricot sur ses cuisses amaigries pour entamer une conversation avec un passant.  Elle ne radote pas la vieille, malgré ses quatre-vingts ans bien sonnés. Elle célèbre d’ailleurs son anniversaire aujourd’hui! Quatre-vingt bougies à souffler!

Sa petite-fille est à la cuisine en train de lui préparer un pichet de sa potion  estivale préférée. Mais ce que Berthe ne sait pas, c’est que pendant ce temps, les gens du village sont en train de lui organiser une grande fête pour l’occasion. 

 » Grand-mère, ta limonade citronnée est prête! J’ai ajouté quelques glaçons pour la garder fraîche! « 


*Cercle des Fermières. Grande association féminine au Québec comptant plus de 30,000 membres.

**Placoter. Au Canada, bavarder.

Pour lire d’autres de mes participations à différents ateliers d’écriture, je t’invite à visiter la catégorie : Atelier d’écriture.

Challenge d’écriture 2020 #36

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. Me voici à nouveau pour le 36e thème proposé.

Voici ce qu’elle nous proposait pour cette semaine :  écrire un poème à partir des premières lettres du mot: ÉVANESCENCE.


Premièrement, voici la définition du mot acrostiche selon Larousse : Poème dont les initiales des vers, lues verticalement, composent un mot.

J’ai ensuite cherché la définition du mot évanescence pour guider mes mots. Toujours selon Larousse, l’évanescence est la propriété de ce qui s’évanouit, s’efface peu à peu.

J’ai tout de suite pensé à cette pandémie qui mine nos vies et que j’aimerais bien voir disparaître à tout jamais. Alors, voici ce que ma plume m’a proposé…

Exister dans un monde inconnu,
Vivre en temps de pandémie
Anxieuse face à l’avenir.
Ne pas savoir, ne plus savoir.
Etre qui je suis,
Seule avec mes mots.
Coucher sur papier,
Ecrire, écrire, écrire,
Ne sauter aucun mot.
Confier toutes mes angoisses,
Etre qui je suis.



Pour lire d’autres de mes participations à différents ateliers d’écriture, je t’invite à visiter la catégorie : Atelier d’écriture.

Challenge d’écriture 2020 #35

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. Me voici à nouveau pour le 35e thème proposé.

Voici ce qu’elle nous proposait pour cette semaine : Pour la semaine prochaine (#35), petite mise en scène inspirée par une blogueuse: vous refaites la décoration de votre cuisine, vous enlevez le papier peint et découvrez sur le mur l’inscription “bande de trouillards!”. Ecrivez un texte à partir de cette situation ou incorporez cette situation dans votre texte. A vos plumes!


Moi, trouillarde?

Jeudi, 23 octobre.  Il pleut encore.  Il pleut des cordes depuis le début de la semaine.

Ce matin…

Je me suis levée avec une envie folle de refaire la déco de la cuisine.  Ça fait un bon bout de temps que l’idée me trotte dans la tête…

Cette maison ancestrale, achetée il y a de cela quelques années, avait un réel besoin d’amour au départ.  Plusieurs pièces ont été revampées depuis notre emménagement.  Mais, pour ce qui est de la cuisine, et bien, on remettait toujours ça au lendemain! 

Alors, c’est décidé…

Demain, c’est aujourd’hui!!!  La procrastination, c’est teminé!

Une des règles que je me suis établie est de toujours débuter par ce qui me rebute.  C’est donc armée d’un seau d’eau tiède, d’une éponge et d’une spatule que je me mets à la tâche pour enlever ce papier peint terne et démodé aux motifs de tasses et de théières que je ne suis tout simplement plus capable de voir!!!  Plus capable de voir, m’entendez-vous?

Ah! J’oubliais… l’escabeau. Plus pratique que des échasses, me dis-je à voix haute!!!

En enlevant la couche de papier peint, je me rends vite compte que je ne suis pas au bout de mes peines! Cette cuisine semble avoir de l’histoire… puisque je me rends vite compte que sous les motifs de théières se cachent deux autres motifs. De fines rayures bleues et jaunes, à la verticale, et finalement de petites fleurs bourgognes sur un fond beige!

Je constate que cette cuisine en a vu de toutes les couleurs depuis les derniers cent ans!

Je m’arme de patience. Je mouille le papier avec l’éponge gorgée d’eau chaude et je gratte, je gratte, je gratte… jusqu’à ce que je vois appraître sous la troisième couche de papier un message des plus bizarres…

« Bande de trouillards!« 

J’en perds l’équilibre et me ramasse couchée sur le linoléum les quatre fers en l’air! Comble de malchance, le seau d’eau se renverse sur moi… Vous imaginez la scène? Je tente rapidement de reprendre mes esprits… mais trop tard!

L’Homme entre dans la cuisine et me vois trempée de la tête au pied et me lançant en se tordant de rire : « Trouillarde, non! Je dirais plutôt que tu as l’allure d’une poule mouillée! Ahahah! »


Des mots et des images

Challenge d’écriture 2020 #34

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. Me voici à nouveau pour le 34e thème proposé.

Cette semaine, Marie a eu envie de tester un exercice d’écriture spontanée ou intuitive. Le principe est très simple: vous prenez une grande respiration et vous vous lancez. Vous écrivez des mots, des phrases, tout ce qui vous vient, sans réfléchir, ni à la cohérence, ni à la syntaxe. Ça doit vraiment être quelque chose de fluide ! Ne cherchez pas non plus à ce que ça fasse sens. Allez y au feeling!


Réflexions matinales

Me recentrer vers l’essentiel.
Réconforter octobre.
Envelopper mon nid douillet.
Me concentrer sur mon propre bonheur.
Atomes crochus.
Prende le temps de m’arrêter.
Aimer cette magie de l’automne.
Simplifier.
Me choisir.
Laisser aller.
Me prendre au sérieux.
Ne pas me perdre de vue.
Me reconnecter à moi-même.
Aborder les moments de ma vie avec un brin de folie.
Choisir la joie.