Challenge d’écriture 2020 #35

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. Me voici à nouveau pour le 35e thème proposé.

Voici ce qu’elle nous proposait pour cette semaine : Pour la semaine prochaine (#35), petite mise en scène inspirée par une blogueuse: vous refaites la décoration de votre cuisine, vous enlevez le papier peint et découvrez sur le mur l’inscription “bande de trouillards!”. Ecrivez un texte à partir de cette situation ou incorporez cette situation dans votre texte. A vos plumes!


Moi, trouillarde?

Jeudi, 23 octobre.  Il pleut encore.  Il pleut des cordes depuis le début de la semaine.

Ce matin…

Je me suis levée avec une envie folle de refaire la déco de la cuisine.  Ça fait un bon bout de temps que l’idée me trotte dans la tête…

Cette maison ancestrale, achetée il y a de cela quelques années, avait un réel besoin d’amour au départ.  Plusieurs pièces ont été revampées depuis notre emménagement.  Mais, pour ce qui est de la cuisine, et bien, on remettait toujours ça au lendemain! 

Alors, c’est décidé…

Demain, c’est aujourd’hui!!!  La procrastination, c’est teminé!

Une des règles que je me suis établie est de toujours débuter par ce qui me rebute.  C’est donc armée d’un seau d’eau tiède, d’une éponge et d’une spatule que je me mets à la tâche pour enlever ce papier peint terne et démodé aux motifs de tasses et de théières que je ne suis tout simplement plus capable de voir!!!  Plus capable de voir, m’entendez-vous?

Ah! J’oubliais… l’escabeau. Plus pratique que des échasses, me dis-je à voix haute!!!

En enlevant la couche de papier peint, je me rends vite compte que je ne suis pas au bout de mes peines! Cette cuisine semble avoir de l’histoire… puisque je me rends vite compte que sous les motifs de théières se cachent deux autres motifs. De fines rayures bleues et jaunes, à la verticale, et finalement de petites fleurs bourgognes sur un fond beige!

Je constate que cette cuisine en a vu de toutes les couleurs depuis les derniers cent ans!

Je m’arme de patience. Je mouille le papier avec l’éponge gorgée d’eau chaude et je gratte, je gratte, je gratte… jusqu’à ce que je vois appraître sous la troisième couche de papier un message des plus bizarres…

« Bande de trouillards!« 

J’en perds l’équilibre et me ramasse couchée sur le linoléum les quatre fers en l’air! Comble de malchance, le seau d’eau se renverse sur moi… Vous imaginez la scène? Je tente rapidement de reprendre mes esprits… mais trop tard!

L’Homme entre dans la cuisine et me vois trempée de la tête au pied et me lançant en se tordant de rire : « Trouillarde, non! Je dirais plutôt que tu as l’allure d’une poule mouillée! Ahahah! »


Des mots et des images

Challenge d’écriture 2020 #34

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. Me voici à nouveau pour le 34e thème proposé.

Cette semaine, Marie a eu envie de tester un exercice d’écriture spontanée ou intuitive. Le principe est très simple: vous prenez une grande respiration et vous vous lancez. Vous écrivez des mots, des phrases, tout ce qui vous vient, sans réfléchir, ni à la cohérence, ni à la syntaxe. Ça doit vraiment être quelque chose de fluide ! Ne cherchez pas non plus à ce que ça fasse sens. Allez y au feeling!


Réflexions matinales

Me recentrer vers l’essentiel.
Réconforter octobre.
Envelopper mon nid douillet.
Me concentrer sur mon propre bonheur.
Atomes crochus.
Prende le temps de m’arrêter.
Aimer cette magie de l’automne.
Simplifier.
Me choisir.
Laisser aller.
Me prendre au sérieux.
Ne pas me perdre de vue.
Me reconnecter à moi-même.
Aborder les moments de ma vie avec un brin de folie.
Choisir la joie.

Les défis d’écriture de Ghislaine – Atelier 135

Les consignes

Inspirée par Ghislaine , voici les consignes qu’elle nous a données pour l’atelier d’écriture 135.

Écrire un texte en y insérant les 8 mots suivants :

Secret, jour, cœur , dos, vitesse
sens, beau, principe.


Le secret

En ce jour de l’Action de Grâce, le téléphone sonne.  Je réponds.

Au son de sa voix, je comprends immédiatement  qu’elle a le coeur gros.  Je réussis à peine à comprendre les quelques mots qu’elle me balbutie entre deux trémolos.  « Sophie, … incapable … secret … moi … longtemps … faut… « .

Je sens qu’elle a besoin de moi en ce moment-même.  Sans hésitation, je lui laisse savoir que je serai à ses côtés d’ici une quinzaine de minutes.

Je noue un foulard de cachemire rouge autour de mon cou car, malgré le beau soleil, le vent est plutôt frisquet rendu à la mi-octobre.  Je prends mon sac à dos de toile beige suspendu au crochet près de l’entrée.  Je verrouille la porte derrière moi,  j’enfourche ma bicyclette et je file à toute vitesse chez elle.

En arrivant devant le triplex, j’attache mon vélo à la rampe, je monte les escaliers jusqu’au deuxième étage, deux marches à la fois. En laissant de côté mes principes de politesse, j’entre rapidement sans frapper… je la retrouve là, en pleurs, recroquevillée sur son sofa.

Je la serre dans mes bras en attendant ses confidences…

Challenge d’écriture 2020 #33

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. Me voici à nouveau pour le 33e thème proposé.

Cette fois-ci, Marie nous propose d’écrire un texte optimiste à partir de cette photo de street art (Copyright Seth).

Voici ce que cette image m’a inspiré.


Tant de questions!

Je suis là, lovée contre l’Homme. Assise sur mon sofa, les jambes recroquevillées vers mon menton, comme ce jeune garçon, et je réfléchis.  

Je réfléchis à voix haute à ce que seront les prochaines années.

À quoi ressembleront-elles? C’est la question que Picou et moi nous posons devant notre verre de Pinot noir. Je le regarde, les sourcils en accent circonflexe, les paupières tombantes… 

Serons-nous confinés à la maison jusqu’à la fin de nos jours? Est-ce que le port du masque est là pour rester? Remplacera-t-il mon maquillage? Pourrons-nous un jour revoir les membres de notre famille, nos amis, les serrer dans nos bras sans toujours apercevoir cette crainte planer au-dessus de nos têtes?

Trouverons-nous un jour le remède miracle pour contrer ce foutu virus? Est-ce que notre lignée se terminera avec nos petits-enfants? Auront-ils envie de mettre au monde des enfants devant une telle incertitude?

Tant de questions!

Probablement que oui, car ils garderont espoir d’un futur meilleur. Je reste confiante, je ne baisse pas les bras.  Je garde la conviction que des jours meilleurs sont déjà prévus à l’agenda! 

On doit rester optimiste, ne serait-ce que pour les générations futures!

La feuille d’érable

Défi d’écriture

Influencée par la plume d’Isandre, qui a relevé le défi d’écriture #writoberae j’ai écrit le texte ci-dessous afin de participer au Rendez-vous des blogueurs du mois d’octobre sur le thème de l’automne.

Les consignes:

«  Vous êtes une feuille de l’arbre de votre choix, bercée par la brise de septembre et caressée par le soleil de fin d’été. Racontez comment vos couleurs changent, votre texture évolue, ce qui fait votre existence de feuille éphémère jusqu’à votre chute, inéluctable. »


La feuille d’érable

Crédit photo : Josée Cousineau

Septembre.  Je suis la feuille d’érable.  Vous me reconnaîtrez facilement car je suis l’extravagante de mon espèce.  Mes fringues sont toujours des plus colorées.    

Imaginez! Je viens tout juste de recevoir une invitation de Mère Nature, la grande responsable des quatre saisons du Québec.  Et oui, je suis invitée à participer à ce fameux défilé de mode qui aura lieu en octobre.  « Le festival des couleurs ». J’ai tellement hâte d’assister à ce grand événement annuel.  Cette année, ça se passera à Tremblant dans les Laurentides.  Ce sera grandiose à ce qu’on dit!

La première journée, les feuilles de bouleaux, d’érables, de chênes, de peupliers, de frênes, de hêtres, d’ormes et de tilleuls arriveront toutes revêtues de vert.  C’est la coutume!  Et au fur et à mesure que les jours passeront, on donnera l’occasion à chacune de montrer ses couleurs.

Évidemment, comme feuille d’érable, j’aurai droit à plusieurs représentations puisque je passerai du jaune au orangé, du rouge au ocre.  Les gens, j’en suis convaincue, seront en extase devant tant de beauté!  La lumière du soleil me fera briller d’orgueil parmi les autres!  

Lors du dernier jour du défilé, vous pourrez me voir virevolter sur moi-même dans ma tenue automnale et c’est ainsi que j’attendrai le sol pour mon dernier repos.

Crédit photo : Josée Cousineau

Pour d’autres textes du genre, je t’invite à consulter la rubrique « Atelier d’écriture« .

Mes états d’esprit du vendredi 2.10.20

Me voici à nouveau avec le partage de mes états d’esprit du vendredi. Et oui! J’ai encore sauté une semaine.

DÉBUT (VENDREDI 20:14)

Fatigue :  Non, ça va.
Humeur : Ca va aussi! 🙂
Estomac : Fish’n’chip et frites « santé », sauce tartare et pain de maïs (que j’ai fait cet après-midi). Trop bon!!!
Esprit créatif : J’ai repris les ateliers des Muses d’automne.
Condition physique : Un peu de marche en faisant de la photo.

Projet: Poster 31 photos roses sur mon Facebook pour souligner le mois de la sensibilisation du cancer du sein. / Cahier d’art créatif d’automne.

Ma photo de la semaine:

L’automne au Québec.

Penser à : … me commander des toiles. Pas encore fait!
Message à moi-même : « Ne sois pas si dure avec toi-même! »

Envie de : … manger du chocolat!
Amitiés : Toujours à distance!

Famille : Les rassemblements à la maison sont maintenant défendus, et ce, pour 28 jours. Après le 28 jours… à suivre!

Love : Il est fatigué! Il écoute des séries télévisées!

Sorties : Aucune sortie. À part sortir le recyclage et le compostage. Même l’épicerie se fait en ligne et arrive à ma porte.

En cours de lecture :

  • Je viens de télécharger : La fois où j’ai écrit un livre de Rosalie Bonenfant.


Films : Aucun.
Séries : L’échapée. Je suis rendu à la troisième saison épisode 25.
Réseaux sociaux : Pour plus de mots et d’images, il y a ma page Facebook (175 personnes me suivent) et 132 sur Instagram.
Musique : Du folk!
Essentiel : Être en santé!

FIN: 20:32

Challenge d’écriture 2020 #31

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. Me voici à nouveau pour le 31e thème proposé.

Cette fois-ci, Marie nous invite à composer un texte en y intégrant trois mots, soit pioche, pelle et brouette.

Voici ce qu’ils m’ont inspiré.


Travaux d’automne

Samedi 26 septembre.

Quelle belle journée!.  Vingt-cing degrés Celcius. 

L’été s’étire bien au-delà des premiers jours d’automne hésitant à lui céder sa place.  Une vraie tête de pioche!  Mais, je ne vais certainement pas m’en plaindre. D’ailleurs, à qui pourrais-je bien faire parvenir ma plainte?

Aussi bien profiter du beau temps pour faire certains travaux qui restent à faire dans la cour arrière!

Les feuilles sont presque toutes tombées et jonchent le sol.  C’est très joli!  Mais, elles doivent être ramassées avant les premières neiges qui ne sauraient tarder. 

J’enfile mes gants de jardinage.  Je ne voudrais surtout pas terminer la journée avec des ampoules aux doigts. 

Armée de mon râteau, je ramène tranquillement toutes les feuilles en un immense tas tout près de la clôture.  Ce sera plus facile de les ramasser avec la pelle et de les déposer dans la brouette pour finalement les transvider dans le bac de compostage. 

Je m’arrête à tout bout de champ, je m’appuie sur le manche, j’ai le dos en compote!  Je reprends mon souffle avant de continuer cette lourde tâche. Il y a tant à faire!

Il y a encore quelques fleurs dans les bacs.  Elles ne se résignent pas et perdureront sans doute jusqu’aux premiers gels.  Ce serait un péché que de les enlever et de les jeter.  Je décide donc de les conserver, rien ne presse!

Et si j’entrais les palmiers dans la maison?  Ils sont immenses cette année!  J’en déposerai un près de la fenêtre de la salle à manger et l’autre dans mon atelier d’écriture.  Je suis certaine qu’elles s’y plairont. Ces deux plantes apporteront un air d’été et un peu de gaieté durant la saison froide.

Bon c’est l’heure de l’apéro!  Et oui, déjà!
Tu prends le temps de t’asseoir avec moi?

Des mots et des images

Challenge d’écriture 2020 #31

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. Me voici à nouveau pour le 31e thème proposé.

Cette fois-ci, Marie nous invite à composer un texte en y intégrant 8 mots dans un ordre bien précis.

Voici les mots imposés : indocile, dernier, solstice, arabesques, certitude, gazelle, retour, ciel.


INSPIRATION

Elle dépose son pinceau tout près de son chevalet.  Elle recule de quelques pas.  Lorsque qu’elle regarde ce qu’elle vient de peindre, Carmen se trouve, tout à coup, indocile.  Mais n’est-ce pas sa façon à elle d’exprimer sa créativité?

Dernier jour du printemps!  Demain annonce le solstice de l’été.  Au village, comme à chaque année, une fête est organisée pour célébrer la nouvelle saison.  Carmen fait partie des quelques artistes qui participeront à ce festival des couleurs. Toujours cette peur qui la hante de ne pas être à la hauteur.

Enfin, elle reprend son pinceau et décide d’ajouter quelques arabesques à sa toile ayant la certitude qu’elle ne sera jamais prête pour l’événement du lendemain.

Carmen se laisse à nouveau distraire par Gribouille.  Assis sur le rebord de la fenêtre ouverte, son chat, au pelage roux comme l’automne, la regarde de ses yeux de gazelle.  Finalement, c’est son doux ronronnement qui donne à Carmen l’envie de poursuivre.

De retour à son oeuvre inachevée, elle lève les yeux implorant le ciel de vite retrouver l’inspiration.


Challenge d’écriture 2020 #30

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. Me voici à nouveau pour le 30e thème proposé.

Cette fois-ci, Marie nous invite à composer un texte en y intégrant le titre des cinq derniers livres que nous avons lus.  J’adore l’idée!

Tu découvriras ces titres que j’ai écrit en caractères gras.


« Respire! »  

C’est ce qu’il ne cessait de se répéter.  

Un été à l’auberge leur ferait le plus grand bien. Cet endroit lui avait été fortement recommandé par un bon ami.  

Située dans les Laurentides, à une cinquantaine de kilomètres au nord de Montréal, l’auberge de bois rond n’abritait qu’une dizaine de personnes.  À proximité d’un lac, l’endroit était propice aux rapprochements, il en était convaincu. Du moins, c’est ce qu’il croyait.

Il se revoit encore, quelques jours avant, debout devant elle.  Dans les yeux de Laurence, il avait tout de suite compris qu’elle n’en pouvait plus.  Et ce, depuis probablement fort longtemps.

Un énorme fossé était en train de se creuser entre eux depuis ses absences prolongées causées par son travail.  Le Cabaret prenait énormément de son temps.  Il ne comptait plus ses heures. Les quelques heures restantes sur l’horloge, il devait les utiliser pour dormir.  Son couple s’en allait à la dérive.  

Les promesses oubliées depuis l’achat de ce resto-bar, qu’en restait-il? 


Les défis d’écriture de Ghyslaine – Atelier 133

Atelier 133

Inspirée par Ghislaine , voici les consignes du défi d’écriture qu’elle nous a proposées pour l’atelier 133.

Écrire un texte en y insérant les 8 mots suivants :

Adieuvraivertigeavouer, flânerlibertéjamaisailes.

Un peu de bonheur

Je l’avoue… depuis quelques années, j’aime prendre du temps pour moi. Non, je ne me sens pas égoïste, tout ce que je veux, c’est un peu de bonheur!

Par le passé, je ne faisais jamais rien pour moi sans ressentir de la culpabilité. Mon bonheur passait immanquablement par celui des autres. 

Lorsque j’y repense, ça me donne le vertige

Que j’aime cette liberté que m’offre le moment de la retraite!  Oui, ça me donne des ailes, ça me donne envie de profiter de la vie, ça me donne envie de dire adieu aux mille et un tracas.  

Ne serait-ce que de flâner après le petit déjeûner, siroter tout doucement le deuxième café.  Du vrai bonheur!  C’est ce que j’attendais depuis trop longtemps!


J’espère que ce défi d’écriture de l’atelier 133 t’a plu. J’attends tes commentaires.

Pour les autres textes, voir la catégorie : Atelier d’écriture