Des mots et des images

Challenge d’écriture 2020 #18

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. Me voici à nouveau pour le dix-huitième thème proposé.

Pour le défi de cette semaine, Marie nous propose quelque chose de différent, pas de fil conducteur, pas de thème, pas de règles.


Lâcher-prise

Tel que demandé par Marie, je m’installe devant l’écran de mon ordinateur, je tente de respirer à pleins poumons. Je sens mes côtes se soulever à chacune de mes inspirations. Je pose les mains sur mon ventre qui se dégongle au fur et à mesure que j’expire.

Ne plus réfléchir, ne penser à rien. Beaucoup plus facile à dire qu’à faire Marie! Surtout que je dois tenter de trouver un sujet de composition puisqu’il n’y a rien pour nous guider cette semaine.

Je ferme les yeux. J’inspire à nouveau, j’expire. Et voilà qu’enfin je me laisse guider par mon souffle qui devient de plus en plus régulier. Dès que mon esprit tente de s’évader, je me concentre à nouveau sur ma respiration.

Je sens les battements de mon coeur ralentir. Ca y est, je ne pense plus à rien. Que l’effet de va-et-vient de mon souffle qui se veut de plus en plus profond.

Tout se transforme. Les couleurs dans ma tête qui changent du mauve au vert tendre en passant par le rose et le bleu. Je suis calme. Tellement calme. C’est presque désarmant.

Des pensées surgissent à nouveau dans ma tête mais je me concentre à nouveau sur ma respiration et tout redevient calme. J’inspire à nouveau, profondément, j’expire ensuite jusqu’au bout de l’expire.

Trente minutes s’écoulent. J’ouvre doucement les yeux et comme par magie, je m’aperçois que mon texte a pris forme et qu’il est déjà prêt à être soumis à Marie.


Pour les autres textes, voir la catégorie : Atelier d’écriture

Des mots et des images

Challenge d’écriture 2020 #17

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. Me voici à nouveau pour le dix-septième thème proposé.


Pour le défi de cette semaine, Marie nous invite à aller du côté d’Ernest Hemingway et de sa célèbre histoire courte en 6 mots seulement :

 « A vendre : chaussures bébé, jamais portées »

Elle nous invite à proposer plusieurs histoires de six mots ou plus en ne dépassant pas dix mots.


À la manière d’Ernest

Voici neuf histoires courtes inspirées de mon quotidien.

  • Routine du matin : café, méditation, écriture.
  • Au réveil, sourire à la vie.
  • Fruits, lait de soya.  Mélanger. Déguster.
  • Fermer les yeux. Ne rien faire.
  • Fermer les yeux. Profiter du soleil.
  • Ne rien faire. Sans culpabilité aucune.
  • Écouter de la musique. En silence!
  • S’asseoir confortablement. Lire un bon livre.
  • Vivre une vie comme je l’aime.

Et voilà! En espérant que ces 9 histoires courtes t’auront fait sourire!

Dis-moi, laquelle préfères-tu?

J’ai hâte de te lire!


Pour les autres textes, voir la catégorie : Atelier d’écriture

Des mots et des images

Challenge d’écriture 2020 #16

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. Me voici à nouveau pour le seizième thème proposé.

Pour le défi de cette semaine, Marie nous invitait à décrire notre “journée rêvée” sous forme de recette de cuisine!


Recette pour une journée « BONHEUR »

Je ne sais pas pour toi, mais moi j’adore échanger des recettes.  Et ce matin, j’ai une irrésistible envie de te partager une recette que je cuisine jour après jour sans jamais m’en lasser. L’ingrédient clé pour la réussite de cette recette est de prendre son temps

Première étape

  • Commence par verser une tasse de café noir dans un bol;
  • Ajoute un soupçon de sucre ainsi qu’un filet de crème ou de lait au goût;
  • Installe-toi ensuite à l’endroit de ton choix;
  • N’hésite pas à améliorer l’ambiance en mettant de la musique.

Deuxième étape

Pendant que tu sirotes ton café au lait…

  • Ajoute une trentaine de minutes d’écriture à la main.  C’est l’ingrédient secret pour la réussite d’un bon début de journée!
  • Poursuis avec un 30 minutes de méditation.

Variante La méditation peut facilement être remplacée par une marche dans la forêt.

Troisième étape

  • Assure-toi d’inclure une dose de lecture, quantité au goût.  Aussi bon pour ton cerveau que la vitamine B12;
  • Pour ajouter un peu de piquant à ta journée, téléphone à une amie pour prendre de ses nouvelles.

Finalement, je te donne la liste des ingrédients nocifs pour la santé à éviter dans cette recette :

  • La mauvaise humeur;
  • Le pessimisme;
  • L’ennui.

Cher.e ami.e, je te souhaite de vivre une journée comme tu l’aimes… remplie de petits bonheurs!

P.s. N’hésite surtout pas à changer un des ingrédients, amuse-toi à faire de nouvelles découvertes.


J’espère que ce défi d’écriture t’a plu. J’attends tes commentaires.

Pour les autres textes, voir la catégorie : Atelier d’écriture

Les défis d’écriture de Ghislaine – Atelier 118

Inspirée par Ghislaine , voici les consignes du défi d’écriture qu’elle nous a proposées pour l’atelier 118.

Écrire un texte sur le thème du temps.

Pour l’écriture de ce texte, j’ai joué avec les expressions autour du temps.


L’air du temps

Depuis la nuit des temps, nos grand-mères répètent: « De mon temps, on prenait le temps de faire les choses. » 

Avouons qu’en temps ordinaire, on court toujours après le tempsLe plus clair de notre temps se résume à trois mots: dodo, métro, boulot!

Mais je dirais que par les temps qui courent, on réapprend à prendre notre temps.

Beau temps, mauvais temps, on reste confiner à l’intérieur cherchant désespérément comment tuer le temps!

Depuis le temps qu’on remet à demain, faute de temps, ce confinement n’arrive-t-il pas à temps, pour plusieurs d’entre nous, afin de remettre les pendules à l’heure en nous permettant de vivre enfin le moment présent?

Avec le temps, on finira peut-être par se rendre compte que le temps presse! Il n’y a plus de temps à perdre! On doit reprendre le contrôle! La terre vient de nous envoyer un grand signe que l’exagération dans tout a fait son temps!


Signification de certaines expressions sur le temps utilisées dans le texte ci-dessus

  • Être dans l’air du temps : être tendance, à la mode.
  • La nuit des temps / de tout temps : époque éloignée dans le passé, éternité.
  • De mon temps : à mon époque.
  • Prendre son temps : ne pas se presser.
  • En temps ordinaire : habituellement.
  • Courir après le temps : toujours avoir l’impression de manquer de temps.
  • Le plus clair de son temps : la partie la plus importante de la journée.
  • Par les temps qui courent : actuellement.
  • Beau temps, mauvais temps : peu importe le moment
  • Tuer le temps : faire n’importe quoi pour ne pas s’ennuyer sans motivation.
  • À temps / juste à temps : à l’heure / assez tôt.
  • Avec le temps : peu à peu, à la longue.
  • Le temps presse : il y a urgence.
  • Perdre du temps : ne pas faire un bon usage du temps, ne pas être efficace.
  • Avoir fait son temps : être à la fin de son activité, de sa vie . Pour un objet, être désuet, obsolète.

Autres expressions sur le temps

  • De temps en temps / de temps à autre : quelquefois. 
  • En temps utile : au moment propice.
  • En un rien de temps : rapidement. 
  • En même temps : ensemble, simultanément.
  • Tout le temps : continuellement.
  • Gagner du temps : retarder un évènement.

J’espère que ce défi d’écriture t’a plu. J’attends tes commentaires.

Pour les autres textes, voir la catégorie : Atelier d’écriture

Des mots et des images

Challenge d’écriture 2020 #12

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. Me voici à nouveau pour le douzième thème proposé.

Pour le défi de cette semaine, Marie nous invitait à faire un inventaire humoristique. Le but, c’est bien entendu de se faire du bien et de faire rire nos lecteurs / lectrices. J’ai décidé d’écrire mon texte à partir d’un inventaire d’expressions utilisant le mot « rire », question de les faire sourire.


Dose de rires quotidienne

« Une journée sans rire est une journée perdue. » – Charlie Chaplin


Je suis là, assise sur un banc de parc, et j’observe les gens passer devant moi.  Une journée de soleil mur à mur!  Les gens sont heureux. C’est fou comme la température a une influence sur notre humeur.

Je me surprends à sourire en coin, pour ne pas dire en cachette, en voyant passer une jeune maman derrière une poussette.  Cela me ramène à une autre époque, celle où je sortais quotidiennement avec mes deux petits.

Un peu plus loin, j’observe un rassemblement de quelques hommes qui rient à gorge déployée!  Ils en ont des choses à se raconter.  Une blague n’attend pas l’autre!  Ils rient aux éclats sans se préoccuper des gens autour d’eux et voilà qu’un d’entre eux rit à s’en décrocher les mâchoires!  

Quelques rires enfantins attirent mon attention.  Je me lève et je marche vers les jeux d’eaux, et c’est là que je surprends de jeunes bambins riant de bon coeur, pour un oui ou pour un non  cherchant sans doute à attirer l’attention de leurs mamans. 

À l’ombre d’un vieux chêne, deux jeunes tourtereaux profitent de cet espace, loin des regards, pour se conter fleurette.  Émue, elle rit tout bas lorsqu’il lui offre un pissenlit, seule fleur à sa disposition.  Ils s’esclaffent et rient ensemble comme des fous!

Finalement, c’est la tête remplie de ces éclats de rire que je retourne à la maison me promettant d’y retourner à tous les jours.


« Il m’arrive de rire tout seul en pensant à la chance que j’ai eue et aux moments de bonheur que j’ai eus. »

– Nelson Mandela

POUR LIRE D’AUTRES TEXTES, JE T’INVITE À CONSULTER LA CATÉGORIE: « ATELIER D’ÉCRITURE » DE MON CYBERCARNET.

Atelier d’écriture – Récolte 42

Atelier d’écriture – Récolte 42

Note aux lecteurs/lectrices : J’aime jouer avec les mots. Ce texte m’a été inspiré par l’Atelier d’écriture – récolte 42.  Des mots, une histoire. Des mots nous sont imposés et nous devons les insérer dans notre texte.

Les mots récoltés : Espérance – piano – sécher – courge – feuille – courage – transformer – anamorphose – symphonie – cerisier.


Pour le texte d’aujourd’hui, avec les 10 mots proposés par les participants, j’ai pensé vous transporter sur le Plateau Mont-Royal de Montréal pour une promenade automnale.

Promenade sur le Plateau

Une journée d’automne, un peu plus fraîche déjà.  Mais le soleil est bien présent. Je prends mon courage à deux mains et je noue un foulard autour de mon cou.  Je dois conserver cette habitude de marcher à tous les jours.  

J’adore parcourir les rues et les ruelles de mon quartier, observer tous ces murs transformés grâce à toutes ces anamorphoses créées par nos artistes de la rue.

Le temps des cerisiers est passé depuis belle lurette!  Les feuilles des arbres se sont transformées en une symphonie de couleurs indescriptibles allant de l’ocre au rouge flamboyant. D’ici quelques semaines, les feuilles séchées tomberont sous les vents et recouvriront les trottoirs de la ville. J’aime les entendre craquer doucement sous mes pas.  C’est ça l’automne au Québec. 

En passant devant la marchande de fruits et légumes, je remarque son étalage de courges et de citrouilles qu’elle a joliment dressé devant sa vitrine.

Un peu plus loin, trois jeunes adultes improvisent quelques notes sur le piano que la ville met à la disposition du public à chaque année.  On devra le mettre à l’abri d’ici quelques jours afin de le protéger de la pluie et du vent dans l’espérance de le retrouver en bon état de jouer dès le printemps prochain.

En passant devant le café du coin, je remaque quelques amies en train de placoter devant leur café. Et si j’arrêtais les saluer!

« Les femmes n’ont pas besoin de rêves : le moment présent leur suffit. «

Dominique Blondeau, écrivaine

Pour les autres textes, voir la catégorie : Atelier d’écriture

Pour recevoir ma lettre d’amitié et ne rien manquer, inscris-toi en remplissant le formulaire ci-dessous. Rends-toi ensuite dans tes courriels pour valider ton inscription. 

Des mots et des images

Challenge d’écriture 2020 #11

Challenge d’écriture 2020 #11

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. Me voici à nouveau pour le onzième thème proposé.

Cette semaine, Marie nous propose  d’écrire un texte en intégrant les derniers mots de chaque vers de cet extrait d’un poème de Mahmoud Darwich:

Je nomme la tourbe, prolongement de mon âme 
Je nomme mes mains, trottoir des plaies
Je nomme les gravats, ailes
Je nomme les oiseaux, amandes et figues
Je nomme mes côtes, arbres
Et du figuier de la poitrine, je détache une branche
Je la lance telle une pierre
Et je détruis le char des conquérants


La fin des angoisses

Que j’aimerais que tous les oiseaux printaniers
revenant des pays chauds
soient porteurs de bonnes nouvelles,
qu’ils soient de véritables conquérants
face à la situation actuelle.

Je les vois travailler corps et âme
à construire leurs nids
sur la branche d’un arbre
qu’ils ont choisi avec précaution.

Très bientôt, les oisillons à venir
auront droit à leurs premiers battements d’ailes
qui leur permettront de quitter le nid,
mi-figue mi-raisin,
sous l’oeil aguerri de leurs parents.

Sauront-ils panser les plaies de la population inquiète
afin que cette dernière puisse enfin
marquer d’une pierre 
la fin de leurs angoisses!


POUR LIRE D’AUTRES TEXTES, JE T’INVITE À CONSULTER LA CATÉGORIE: « ATELIER D’ÉCRITURE » DE MON CYBERCARNET.

www.desmotsetdesimages.com

Atelier d’écriture – Récolte 41

Atelier d’écriture – Récolte 41

Note aux lecteurs/lectrices : J’aime jouer avec les mots. Ce texte m’a été inspiré par l’Atelier d’écriture – récolte 41.  Des mots, une histoire. Des mots nous sont imposés et nous devons les insérer dans notre texte.

Les mots récoltés :  Printemps – légèreté – maternel – manger – candelabre – lumière – casse-couille – banc – antisèche – dévaliser – contemplation


Pour le texte d’aujourd’hui,…

j’ai utilisé les onze mots proposés par les participants et je me suis ensuite laissée inspirer par la photo ci-dessous.

Photo prise sur la Place Jacques Cartier dans le Vieux Montréal.

Place Jacques Cartier

Ce midi, une ambiance empreinte de légèreté envahit la Place Jacques Cartier du Vieux Montréal.  

Dès que le printemps arrivent, dès que les premières tulipes se pointent les gens se ruent à l’extérieur ayant été confinés trop longtemps à l’intérieur.  Un urgent besoin de lumière se fait ressentir! Une envie de rassemblement sur la place publique!

Les travailleurs en profitent pour aller manger sur une terrasse et se permettent un verre de sangria. D’autres choisissent de s’asseoir tout simplement sur un banc et relaxent sous les premiers chauds rayons de soleil.

Là bas, sous un candelabre, se sont réunis quelques étudiants. Je me mets à les observer l’oeil suspicieux, sourire en coin. Seraient-ils en train de comploter en vue d’échanger quelques antisèches aux prochains examens?

Tout à coup, de jeunes mamans faisant sans doute partie d’un club de poussettes surgissent de nulle part en courant.  Elles décident de s’arrêter et de prendre une pause car certains petits réclament déjà leur dose de lait maternel. C’est l’heure de la tétée!

Un peu plus loin, je vois que les artistes ont déjà sorti leurs pinceaux.  Je prends le temps de m’approcher et de m’arrêter. Je suis en contemplation, pour ne pas dire en pâmoison, devant leurs créations qu’ils exposent fièrement sur les murs improvisés.

Heureusent, aucun casse-couille, aucun trouble-fête ne vient gâcher cette scène printanière.

Et si j’en profitais, cet après-midi, pour dévaliser les boutiques afin de me procurer quelques vêtements plus légers pour l’été qui s’en vient!


Pour les autres textes, voir la catégorie : Atelier d’écriture

Pour recevoir ma lettre d’amitié et ne rien manquer, inscris-toi en remplissant le formulaire ci-dessous. Rends-toi ensuite dans tes courriels pour valider ton inscription. 

Les défis d’écriture de Ghislaine – Atelier 115

Inspirée par Ghislaine , voici les consignes du défi d’écriture qu’elle nous a proposées pour l’atelier 115 :

Thème: « Lettre«


LES VOYELLES

Les voyelles! Que ferions-nous sans elles?  La lecture, l’écriture et la conversation seraient quasi impossible sans les voyelles. On a vraiment besoin d’elles!!!  Ces six petites lettres indispensables!

Par contre, laisse-moi te dire que les six se tiennent entre elles!  Ouioui, à elles seules, elles peuvent former des sons et même des mots!  OuiOui!!!

A, ai, au, eu, ou, y, aie, eau, eue, oie, oui, ouie, oyé, y, youyou… et j’en oublie peut-être!

Psst!!!! 

Mais voilà que sept interjections et une préposition décident de s’opposer aux voyelles.  Les huit ont décidé de se tenir ensemble… Brrr! Grrr! Mmm! Pff! Pfft! Psst! Pst! Vs!  

Malgré qu’elles soient peu nombreuses, elles ont quand même leur place dans la conversation! 

Mais soyons sincères et avouons que sans les voyelles et les consonnes le dialogue entre nous serait beaucoup plus difficile et ce texte voire impossible!


J’espère que ce défi d’écriture t’a plu. J’attends tes commentaires.

Pour les autres textes, voir la catégorie : Atelier d’écriture

Des mots et des images

Challenge d’écriture 2020 #10

Challenge d’écriture 2020 #10

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. Me voici à nouveau pour le dixième thème proposé.

Cette semaine, Marie nous propose d’aller plus profondément dans les couches de notre imaginaire: un matin, nous nous réveillons dans la peau de quelqu’un d’autre – personne réelle ou  personnage imaginaire / animal / créature.

On doit décrire notre nouvelle allure, nos sensations, nos pensées, nos émotions, notre état d’esprit dans ce nouveau corps / cette nouvelle enveloppe.


Une vie de pacha

Je suis là!  Couché sur mon petit tapis!  Je m’étire un peu les pattes, mais je ne change pas de place. Ma maîtresse fait la paresse ce matin, j’attends donc patiemment qu’elle ouvre les yeux.  Que j’aime ce moment, être témoin de son premier sourire.  Elle étire enfin le bras et me fait un câlin, je secoue la queue pour lui démontrer que moi aussi je suis content de la voir.  Je l’aime inconditionnellement… même avec son haleine du matin!

Après avoir enfilé sa robe de chambre, elle ouvre la porte du jardin pour que je puisse aller dehors, le temps qu’elle prépare son café.  Je n’aime pas le café, je me contente d’un bol d’eau fraîche.  Ma maîtresse emplit ensuite mon écuelle de moulée.  Après avoir mangé, malgré que je sois rassasié, je cours m’asseoir tout près d’elle et je la regarde de mes grands yeux ronds, la tête basse et l’air penaud dans l’espoir d’avoir droit à un coin de rôtie!  Juste un!

Mon moment préféré de la journée approche.  Je le sens.  Comme un rituel, elle noue un foulard rouge autour de mon cou et elle enfile ses verres fumés. C’est l’heure de la balade avec ma maîtresse!  Ensemble, à tous les matins,  nous partons à l’aventure dans sa belle décapotable noire!

Crédit photo: Pixabay

C’est le printemps, l’été approche.  Le museau en l’air et les oreilles au vent, je ferme les yeux afin d’humer l’air frais du matin et l’odeur des lilas!

C’est ce qu’on appelle une vie de chien!

POUR LIRE D’AUTRES TEXTES, JE T’INVITE À CONSULTER LA CATÉGORIE: « ATELIER D’ÉCRITURE » DE MON CYBERCARNET.