Des mots et des images

Challenge d’écriture 2020 #9

NEUVIÈME THÈME PROPOSÉ

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. Me voici à nouveau pour le neuvième thème proposé.


Pour le rendez-vous de cette semaine, voici ce que Marie nous propose: Vous vous êtes peut-être déjà retrouvé dans un endroit public à disséquer les pensées, à imaginer la vie des personnes autour de vous. Si c’est le cas, l’exercice sera facile, dans le cas contraire, ce sera un nouveau défi! A vos plumes!


Si c’était ça le bonheur!

Printemps 2017.  

Déambuler dans les rues et observer les gens. 

Je suis en voyage dans une jolie ville européenne, Amsterdam. Je parcoure les quartiers, caméra au cou, afin d’observer et immortaliser le quotidien des gens. 

C’est l’heure que l’on pourrait qualifier de pointe.  Certains marchent d’un pas rapide vers leur travail, tandis que d’autres ont enfourché leur bicyclette.  Probablement une distance à parcourir plus grande afin de se rendre au boulot. 

Vers dix heures, en longeant un des nombreux canaux, j’aperçois, de l’autre côté d’un ponceau, un homme d’un certain âge.  Il est assis, bien confortablement, sur un banc de bois d’une des nombreuses terrasses.  Bien vêtu, d’allure élégante, je remarque à ses pieds, un sac à poignées me laissant soupçonner qu’il revient d’une tournée des boutiques.  Sûrement un cadeau pour, j’imagine, sa bien-aimée.  Et si je me trompais?  Si ce cadeau était de lui à lui, tout simplement.  Pourquoi pas?

À le voir siroter tranquillement son expresso, certains pourraient penser que cet homme seul s’ennuie. 

Mais pas moi… je continue de l’observer pendant plusieurs minutes.  À son insu, j’ose même quelques clichés.  Tout comme moi, il semble observer les gens qui passent devant lui.  Je le vois même, à quelques reprises, sourire et saluer de la main de vieilles connaissances. 

Non, l’homme que j’observe déjà depuis plusieurs minutes est selon moi une bonne personne, un être qui semble aimé par les gens de sa communauté. 

Ce que je vois en lui c’est tout simplement un homme qui prend le temps de vivre le moment présent. Et si c’était ça le bonheur!


« La clé du bonheur est d’être bon, et pas seulement envers les autres.  Il s’agit d’être bon aussi envers vous-même et tout ce qui nous entoure. » (Citation tiré du livre: Mon carnet de flow, Jocelyn de Kwant)


Voici la photo qui a inspiré le texte ci-haut.

Crédit photo: Josée Cousineau

Pour lire d’autres textes, je t’invite à consulter la catégorie: « Atelier d’écriture » de mon cybercarnet.
Des mots et des images

Challenge d’écriture 2020 #8

HUITIÈME THÈME PROPOSÉ

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. Me voici à nouveau pour le huitième thème proposé.


Pour le rendez-vous de cette semaine, Marie nous invite à écrire un texte à partir de la photo ci-dessous (avec une contrainte: ne pas mentionner les mots suivants: « chaussettes » et « balcon »). 

Photo proposée par Marie Kléber

Bonheur simple!

À tous les jours, la même rengaine se répétait depuis quelques années.

Avec deux enfants en bas âge, la lessive faisait sans contredit partie de la routine quotidienne de Charlotte.  Une brassée n’attendait pas l’autre! 

Par contre, pas question d’être égoïste et de garder cette tâche ingrate pour elle seule. 

Charlotte avait, dès leur plus jeune âge, impliqué Mathilde et Jérôme à participer aux tâches ménagères.  Les enfants aimaient ça.  Pour eux, c’était comme un jeu et ça semblait faire tellement plaisir à leur maman.

Ce que la petite Mathilde, 5 ans, préférait, c’était de suspendre les vêtements un à un sur une corde tendue à l’extérieur tandis que son petit frère de 3 ans s’amusait à faire boire les fleurs qui avaient été mises en pots au printemps dernier.  Un futur jardinier ce Jérôme!

Charlotte avaient enseigné à ses petits à parler aux fleurs et aux plantes.  Créer des liens avec les végétaux les incitaient, avait-elle lu quelque part, à s’épanouir. 

La voisine septuagénaire qui passait une partie de sa journée à se bercer au soleil adorait observer Jérôme et Mathilde. Les voir s’amuser lui ramenait son sourire.

Ça mettait de la vie dans sa vie!

Atelier d’écriture – Récolte 38

Note aux lecteurs/lectrices : J’aime jouer avec les mots. Ce texte m’a été inspiré par l’Atelier d’écriture – récolte 38.  Des mots, une histoire. Des mots nous sont imposés et nous devons les insérer dans notre texte.

Les mots récoltés :  Inconnu – restriction – clair(e) – test – transmission – masque – zèle – louvoyer – émerger – pétiller – arquebuse


Sans restriction aucune

Ca y est!  Je ne passerai pas le test!  Olivia qui nous demande maintenant de lui faire parvenir notre texte le jeudi avant 18 heures.  Hey les amis!!! N’oubliez pas que je demeure au Québec.  C’est clair qu’avec le décallage horaire, la transmission de mon texte à temps est presque impossible voire quasiment nulle!!!  Ca va me demander toute une dose de zèle pour y parvenir!!!

Voilà que tout se met à louvoyer dans ma tête, les mots s’entremêlent.  Apportez-moi un masque d’oxygène quelqu’un, j’ai besoin d’air, j’étouffe littérairement, oups, littéralement!!!  Non, non, servez-moi plutôt un grand verre d’arquebuse, j’en ai grandement besoin.  Une gorgée, une autre et une autre. Enfin, je sens que l’inspiration émergera bientôt!.  Les idées commencent à pétiller face à l’inconnu.

« Cesse de t’imposer des restrictions et tu vas y arriver! » – me dis-je à moi-même.

Ça y est ! J’y suis parvenue!!!


Pour les autres textes, voir la catégorie : Atelier d’écriture

Pour recevoir ma lettre d’amitié et ne rien manquer, inscris-toi en remplissant le formulaire ci-dessous. Rends-toi ensuite dans tes courriels pour valider ton inscription. 

Des mots et des images

Challenge d’écriture 2020 #7

SEPTIÈME THÈME PROPOSÉ

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. Me voici à nouveau pour le septième thème proposé.


Pour le rendez-vous de cette semaine, Marie nous invite à écrire un texte à partir de TOUS les éléments suivants.

  • Choisir une couleur:  gris, jaune, rouge, cyan, vert et orange
  • Choisir une émotion:  joie, peur, tristesse, surprise, colère
  • Choisir un des quatre éléments: air, eau, feu, terre
  • Choisir un objet de notre quotidien.

Attention! Le crayon laisse des traces!


Si tu ne peux pas être le crayon qui écrit le bonheur, sois la gomme qui efface la tristesse.

Auteur inconnu

Objet du quotidien

Cet objet du quotidien, objet de mon quotidien.  J’en ai de toutes les couleurs et, crois-moi, je leur en ai également fait voir de toutes les couleurs.  Que ce soit par l’écriture ou par le dessin, cet outil de tous les jours me permet de coucher sur papier mes joies et mes bonheurs du moment!

Le crayon me ramène très loin dans le passé. Il fait partie de ma vie depuis mon plus jeune âge. Les crayons de cire ont été mes premiers alliés. Ils me permettaient de dessiner, que dis-je, de gribouiller sur du papier ou dans un cahier à colorier.  Je n’étais pas très habile au début car je dirais que manier le crayon, c’est tout un apprentissage!

Un peu plus tard, j’ai découvert les crayons de bois.  Ces crayons qu’on devaient affûter grâce à l’aiguisoir.  Puis ce fut les feutres.  Les couleurs de terre et les rouges faisant partie de mes couleurs préférées.

À l’époque, je n’avais aucune idée que ce simple outil, un jour, m’aiderait à gérer mes angoisses, mes peurs, ma tristesse.  Que ce soit à travers le dessin ou par les mots, le crayon m’a toujours permis de m’exprimer, de coucher sur papier mes émotions.

Malheureusement, pour certains, le crayon est presque devenu inutile!  Les gens écrivent directement sur leur téléphone ou leur tablette.  Mais, laisse-moi te dire que rien ne remplacera jamais le crayon pour déposer un mot doux sur l’oreiller de l’autre. 

D’après moi, on n’a pas fini d’entendre parler de lui!

Suggestion de lecture: 7 pistes pour intégrer l’écriture au quotidien

Des mots et des images

Atelier d’écriture – Récolte 37

Note aux lecteurs/lectrices : J’aime jouer avec les mots. Ce texte m’a été inspiré par l’Atelier d’écriture – récolte 37.  Des mots, une histoire. Des mots nous sont imposés et nous devons les insérer dans notre texte.

Les mots récoltés :  musique – hésitation – sonner – arbre – quarantaine – envoûtement – copeaux – cigogne


Une visite inattendue

15 juillet. Le clocher résonne au loin telle une musique. Douze coups bien sonnés annonçant qu’il est midi.

C’est avec beaucoup d’hésitation que Rachel avait donné rendez-vous à Jacques au Parc Lafontaine.  Ils avaient convenu de se rencontrer tout près du lac.  Un endroit qu’ils fréquentaient régulièrement tous les deux depuis quelques mois pour faire de la photographie.  Deux passionnés!

Mais un jour, la passion prit une autre direction… 

Ils s’étaient enlacés sous cet arbre centenaire comme les racines s’entrelacaient sous terre. Les deux approchant la quarantaine s’étaient embrassés, tout comme les feuilles s’entrechoquaient entre elles aux vues des oiseaux et des nuages.  L’envoûtement entre eux n’était pas une réelle surprise puisque tous les deux prenaient de plus en plus de plaisir à ces rencontres hebdomadaires, comme de purs adolescents. 

Enfin, elle le voit venir au loin, saisit quelques copeaux de bois qu’elle tripote nerveusement entre ses mains cherchant les mots qu’elle utiliserait pour lui annoncer que la cigogne les visiterait d’ici quelques mois.


Des mots et des images
Parc Lafontaine, Montréal.
Crédit photo: Josée Cousineau

Pour les autres textes, voir la catégorie : Atelier d’écriture

Pour recevoir ma lettre d’amitié et ne rien manquer, inscris-toi en remplissant le formulaire ci-dessous. Rends-toi ensuite dans tes courriels pour valider ton inscription. 

Les défis d’écriture de Ghislaine – Atelier 112

Consignes du défi d’écriture

Inspirée par Ghislaine , voici les consignes du défi d’écriture qu’elle nous a proposées pour l’atelier 112 :

Mots imposés: Vouivre, ivre, cuivre, givre, vivre, poursuivre, poivre, déprime + thème hiver


Hiver québécois

Vivre au Québec en hiver.  Tout un exploit! 

Pour plusieurs, c’est la déprime!!!


Tranche de vie

Dimanche, 9 février

Lendemain de tempête.  Je gratte le givre qui s’est déposé à l’intérieur de la fenêtre de ma chambre.

Je n’ai qu’une seule envie.  Rester bien emmitoufflée sous la couette, tasse de cuivre en main, à siroter une bonne tisane de menthe poivrée.

Mais, je dois prendre mon courage à deux mains, m’habiller en pelures d’oignons et tenter de retrouver ma voiture qui semble avoir été engoufrée par un vouivre monstrueux durant la nuit.  Armée de ma pelle et de mon balai, je pars à sa recherche. Après de multiples efforts, je finis par découvrir mon char * qui s’était temporairement transformé en abominable homme des neiges.

Comme nous le chantait Gilles Vigneault **… « Mon pays, ce n’est pas un pays, c’est l’hiver!«


* Char: ce nom masculin désigne, dans le langage québécois, un véhicule automobile, une voiture.

** Gilles Vigneault: Poète, auteur-compositeur-interprète, conteur et auteur né en 1928 à Natashquan, Québec.



J’espère que ce défi d’écriture t’a plu. J’attends tes commentaires.

Pour les autres textes, voir la catégorie : Atelier d’écriture

Des mots et des images

Challenge d’écriture 2020 #5

CINQUIÈME THÈME PROPOSÉ

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. Me voici à nouveau pour le cinquième thème proposé.


Pour le rendez-vous de cette semaine, Marie nous propose un voyage en Orient…

Les sons, les épices, les couleurs, l’atmosphère, les odeurs, les saveurs, les tissus… N’ayant jamais visité les pays d’Orient, voici ce que j’ai écrit…


Une envie de dépaysement

Depuis quelques jours, une envie de dépaysement s’est emparée de moi.  Cette invitation à dîner tombe à point.  Il a le don de lire en moi, même à distance.

18h pile. 

Il arrive du travail.  Malgré la neige qui tombe depuis quelques jours, il est toujours aussi ponctuel.  Il stationne en double devant la maison.  En gentleman qu’il est, il vient à ma rencontre et me tend la main afin de m’aider à enjamber le large banc de neige laissé par la charrue * un peu plus tôt.   

18h50

Nous arrivons enfin au restaurant.  Heureusement, le valet prend immédiatement en charge la voiture, le stationnement se faisant plutôt rare sur le Plateau.

Dès qu’on nous ouvre la porte, j’entends la musique et déjà, j’ai l’impression d’être transportée ailleurs. C’est en plein ce dont j’avais besoin.  L’ambiance est extraordinaire.  J’ai déjà oublié les flocons blancs qui s’étaient déposés sur l’encolure de mon manteau laissé au vestiaire.

Il a pris soin de nous réserver une table à l’écart.  Que j’aime ces moments d’intimité.

Le décor de la place est exceptionnel.  Un décor oriental qui nous envoûte dès les premiers instants.  Chaque petit détail attire mon attention, me fait sourire, attise mes cinq sens. 

Plein la vue… une orchidée déposée dans un vase, une ombrelle de papier, une tapisserie parsemée de dorure… je me surprends même à effleurer les riches tissus qui recouvrent la table et les fauteuils… je me laisse emporter par la musique… je ferme les yeux pour mieux humer les odeurs provenant de la cuisine… et finalement, je goûte à ces plats aux parfums entêtants que nous a suggérés le chef.

Presque 22h.

Et c’est à regret que je quitterai cet univers de soleil et d’épices pour affronter à nouveau la poudrerie ** qui s’est vivement intensifiée durant les dernières heures.


* Charrue : Au Québec, une charrue peut être une souffleuse à neige ou un chasse neige qui passe l'hiver sur les routes pour dégager les voies de circulation. 
** Poudrerie :  Au Québec, neige fine et sèche que le vent fait tourbillonner. 

Pour lire tous mes textes, consulte la catégorie: Atelier d’écriture.


Pour recevoir ma lettre d’amitié et ne rien manquer de ce que je publie, inscris-toi en remplissant le formulaire ci-dessous. Rends-toi ensuite dans tes courriels pour valider ton inscription. 

Des mots et des images

Challenge d’écriture 2020 #4

QUATRIÈME THÈME PROPOSÉ

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. Me voici à nouveau pour le quatrième thème proposé.


Écrire un texte qui doit débuter par:

Le 7 septembre 2019, à la tombée du soir, alors que je désherbais mon potager, une voiture se gara devant la maison et un homme à la cinquantaine et à la calvitie avancées en descendit. 


Monsieur Brochu

Le 7 septembre 2019, à la tombée du soir, alors que je désherbais mon potager, une voiture se gara devant la maison et un homme à la cinquantaine et à la calvitie avancées en descendit.  Les soirées devenaient de plus en plus fraîches. Déjà! Il avait revêtu son cardigan de laine marine et sa casquette à carreaux pour se protéger de la fraîcheur automnale qui devenait de plus en plus présente.

Image: Pixabay

A toutes les semaines, à la même  heure, il était toujours fidèle à ce rendez-vous depuis près de trente ans.  Mêmes gestes, comme un rituel.  De son coffre arrière, il sortit une espèce de charriot pour enfants qu’il emplit de « Publisac »… Et c’est ainsi qu’il parcourait notre rue hebdomadairement distribuant journaux locaux et circulaires. Je dois avouer, bien honteusement, que tout ce papier se retrouvait systématiquement dans le bac bleu servant au recyclage.

Monsieur Brochu terminait toujours sa tournée par notre maison et il en profitait pour me piquer une petite jasette avant de retourner chez lui.

Mais ce soir-là…

C’est la mine basse et l’air penaud qu’il vint me rejoindre au jardin.  Il venait m’annoncer que ce serait la dernière fois qu’il se garerait devant chez moi. À la réunion du conseil de la municipalité du mois d’août, les membres avaient pris une décision. À l’unanimité, on avait décidé d’interdire la distribution du Publisac dans notre quartier.  Dorénavant, les gens devraient les consulter en ligne.

C’est bien dommage! Les contacts humains se faisant de plus en plus rares dans notre société, j’aimais bien cette pause hebdomadaire. M’arrêter et prendre le temps de placoter avec ce Monsieur Brochu !

Et c’est en cette fin de soirée du 7 septembre 2019 que cet homme à la cinquantaine et à la calvitie avancées remontat dans sa voiture tandis que je continuais à désherber mon potager.


Pour lire tous mes textes, consulte la catégorie: Atelier d’écriture.


Pour recevoir ma lettre d’amitié et ne rien manquer de ce que je publie, inscris-toi en remplissant le formulaire ci-dessous. Rends-toi ensuite dans tes courriels pour valider ton inscription. 

Des mots et des images

Challenge d’écriture 2020 #3

CHALLENGE D’ÉCRITURE

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire. 

Me voici à nouveau pour le troisième thème proposé.


Troisième thème proposé

Écrire un texte à partir de cette situation:

Vous êtes sûrement tous au fait de la fameuse conspiration des chaussettes. Elles passent du bac de linge sale à la machine à laver puis disparaissent comme par magie au moment où il faut les mettre par deux puis les ranger dans le placard. Il parait que les petites cuillères s’y sont mises aussi. Je vous invite à créer une histoire qui apporterait à tous ceux qui cherchent une réponse, un début de solution! Laissez libre court à votre imagination et faites nous rire un peu aussi!


Chausson et Chaussette

Jeudi après-midi. 14h30. 

Ca y est!  Nous venons tout juste d’être adoptés.  Gabrielle nous a choisis parmi tant d’autres.  « J’aime le motif floral sur le côté!« , c’est ce qui a fait pencher sa décision de nous ramener avec elle.  La vendeuse nous enveloppe dans un joli papier de soie et nous dépose ensuite dans un sac de papier.  Nous nous sentons vraiment privilégiés!

En arrivant à la maison, Gabrielle nous trouve une place de choix dans le tiroir de sa commode.  Hum! Ça sent bon la lavande!  Elle ferme doucement le tiroir et on se retrouve dans une noirceur totale.  Mais je n’ai pas peur.  Je me suis blottie tout près de Chausson, mon compagnon. 

Vendredi matin. 7h30.  

Gabrielle se prépare pour le travail.  Elle nous enfile fièrement sur ses pieds fraîchement manicurés.  Nous passons la journée dans une paire d’escarpins à se faire piétiner.  Mais Gabrielle est si légère que nous sentons à peine les contrecoups de ses pas.

Après une longue journée, on revient finalement à la maison… cette fois-ci, Gabrielle nous dépose dans un panier d’osier.  Je cherche mon amoureux de Chausson… je l’aperçois coinçé sous une paire de jeans!  Je tente de me rapprocher de lui, j’ai tellement peur de le perdre. 

Finalement, nous passons le week-end ainsi à attendre la suite.  Deux journées interminables parmi les odeurs désagréables des autres.

Lundi.  Jour de lessive.  

Gabrielle est devant le panier et tente de séparer les vêtements par couleur.  Finalement, Chausson et moi nous retrouvons avec la fine lingerie à se faire balloter dans une eau tiède savonneuse.  Chaussette que je suis, je me sens toute étourdie!  Je suis dans tous mes états!!!! Mais où est l’autre?  Où est Chausson? Et si c’était la fin?  Et si c’était aujourd’hui qu’on se sépare.  Je ne pourrais jamais le supporter.  J’ai l’impression de me noyer!!!! 

Je suis soudainement très inquiète.  La semaine dernière, lorsque nous sommes arrivés, nous avons rencontré d’autres bas qui étaient seuls.  Certains depuis peu, d’autres depuis trop longtemps. 

Voilà que je me fais des scénarios jusqu’au talon! Serions-nous voués au divorce?  Me retrouverai-je célibataire du jour au lendemain?

Mais Gabrielle avait été prévenante. Encore une fois, je m’étais inquiétée pour rien. À notre insu, elle nous avait gentiment insérés l’un dans l’autre.


Pour lire tous mes textes, consulte la catégorie: Atelier d’écriture.


Pour recevoir ma lettre d’amitié et ne rien manquer de ce que je publie, inscris-toi en remplissant le formulaire ci-dessous. Rends-toi ensuite dans tes courriels pour valider ton inscription. 

Atelier d’écriture – Récolte 34

Note aux lecteurs/lectrices : J’aime jouer avec les mots. Ce texte m’a été inspiré par l’Atelier d’écriture – récolte 34.  Des mots, une histoire. Des mots nous sont imposés et nous devons les insérer dans notre texte.

Les mots récoltés :   créative – tour – promettre – geste – cheminer – citation – gentillesse – choix – pinceau – page – maroufle – préférence


“Quelque soit ce que le moment présent contient, acceptez-le comme si vous l’aviez choisi.”

– Une citation de Eckhart Tolle

Cette année, j’ai choisi un mot-phare qui m’accompagnera tout au long de l’année.  « Moment présent« .    Le premier geste posé a été de lister ce que ces deux mots représentent pour moi dans le concret.  Mes préférences se sont immédiatement tournées vers l’écriture, la lecture, la photographie et la méditation.  Quatre activités qui me permettent de cheminer dans le moment présent

Mon côté créatif m’a amenée, en un tour de main, à concevoir un tableau de visualisation illustrant ce que ce choix m’inspire. 

Armée de pinceaux, de crayons de couleurs, de découpures de magazines, de colle et d’une maroufle, j’ai créé un collage sur deux pages de mon « Bujo ». 

Je me promets de revenir à ce tableau, lorsque le besoin se fera sentir, afin de rester bien ancrée dans le moment présent!

Pour terminer, que dirais-tu de profiter du moment présent en ayant la gentillesse de me laisser un p’tit mot en commentaire?   Sois assurée que je prendrai le temps de le lire et d’y répondre.


As-tu aimé ce défi de l’Atelier d’écriture – récolte 34?

Tu pourras lire plusieurs autres textes sous la catégorie : Atelier d’écriture

Tout comme moi, tu peux participer à ces ateliers.

Tu aimerais te choisir un mot-phare? Rends-toi immédiatement sur ce billet que je te propose: Quel est ton mot-phare?


Pour recevoir ma lettre d’amitié et ne rien manquer, inscris-toi en remplissant le formulaire ci-dessous. Rends-toi ensuite dans tes courriels pour valider ton inscription.