Tire-toi une chaise!

Les chaises

Dans ce billet, je partage avec toi différentes chaises que j’ai photographiées au fil du temps, un peu partout à travers le Québec et ailleurs. J’espère que ça te plaira. Alors, tire-toi une chaise et installe-toi confortablement!

La photo d’en-tête a été prise dans l’ancien Court House de la ville de St-Louis.

Débutons par la définition du mot « chaise ».

Premièrement, la fonction première de la chaise est de s’asseoir. Elle peut être à la fois un objet utilitaire et/ou décoratif.

Selon Larouse : Siège à dossier, sans bras. (La chaise n’apparaît en France qu’au xvie s., sous le nom de chaise à dos ou chaise à vertugadin, tandis que le fauteuil est nommé à la même époque chaise à bras.)

Types de chaises

Ensuite, je poursuis avec quelques uns des différents types de chaises qu’on retrouve à travers le monde : la chaise à bascule, la chauffeuse, la chaise gondole, la caqueteuse, la chaise à bras, la chaise curule, la chaise longue, la chaise pliante, la transat, la chaise à portard, la chaise de bureau, la Windsor, la chaise de jardin, pour n’en nommer quelques unes.


La chaise Adirondack

Le premier type de chaises dont j’ai envie de te parler est la chaise Adirondack, ma préférée!

La chaise Adirondack est habituellement faite de bois, malgré qu’on en fabrique maintenant à partir de matériau synthétique. On utilise ce type de chaises dans le jardin ou sur les terrasses et on en retrouve de toutes les couleurs. Elle est munie d’accoudoirs larges sur lesquels on peut facilement déposer un verre ou un livre.

Terrasse arrière de l’Auberge Sous les arbres à Gaspé.
Crédit photo : Josée Cousineau

Le savais-tu? La première chaise Adirondack a été créée par Thomas lee en 1903 aux États-Unis dans les Adirondack.


Jardin Botanique de Montréal

Les premières chaises Adirondack que j’ai photographiées étaient au Jardin Botanique de Montréal. Placées sur le bord d’un étang, parmi les fleurs, les visiteurs peuvent prendre le temps de s’y asseoir et de profiter du moment présent. Du bonheur!

Jardin Botanique de Montréal.à
Crédit photo : Josée Cousineau

Le Willow

Une autre de mes belles découvertes à l’Auberge Willow de la région d’Hudson, située aux abords de la rivière des Outaouais.

Terrasse du Willow à Hudson.
Crédit photo : Josée Cousineau
Terrasse du Willow à Hudson.
Crédit photo : Josée Cousineau

La Maison Lavande

À l’été 2019, je me suis rendue à la Maison Lavande de St-Eustache. Plusieurs chaises Adirondack blanches ont été installées un peu partout entre les rangs de lavande… pour le plaisir des visiteurs et des photographes.

La Maison Lavande de St-Eustache.
Crédit photo : Josée Cousineau
La Maison Lavande de St-Eustache.
Crédit photo : Josée Cousineau

Pour voir d’autres photos prises à la Maison Lavande, je t’invite à lire un billet que j’ai écrit : Flâner à la Maison Lavande, du bonheur.


Château Montebello

Je me suis également rendue au Château Montebello du petit village qui porte le même nom. Sur la terrasse située sur le bord de la rivière des Outaouais, plusieurs chaises Adirondack y sont installées pour le plaisir des touristes.

Photo prise au Château Montebello.
Crédit photo : Josée Cousineau
Photo prise au Château Montebello.
Crédit photo : Josée Cousineau

Tout à fait par hasard, en voulant photographier l’Église de St-Eustache, j’ai découvert sur le côté du bâtiment, de vieilles fenêtres ainsi qu’un chaise Adirondack.

St-Eustache

St-Eustache
Crédit photo : Josée Cousineau

Autres types de chaises

Je termine avec d’autres types de chaises que j’ai photographiées au fil du temps.

Voici une chaise à fond tressé

…qu’on retrouvait dans plusieurs maisons québécoises.

Pointe-du-Moulin, Québec
Crédit photo : Josée Cousineau

La chaise pliante

…qui se transporte facilement et qu’on utilise habituellement à la plage.

Chaise pliante photographie à la Pointe-du-Moulin
lors d’une exposition de voitures antiques.
Crédit photo : Josée Cousineau

Les artistes

… s’inspirent parfois d’objets du quotidien pour créer de magnifiques sculptures.

Le Chenail d’Hawkesbury.
Crédit photo : Josée Cousineau

La chaise utilisée

… en déco. Ici, elle sert également de support pour une plante.

Mile End, Montréal.
Crédit photo : Josée Cousineau

Sur les balcons…

on retrouve souvent différents types de chaises.

Mile End, Montréal
Crédit photo : Josée Cousineau

Les graffitis

… se retrouvent même sur les chaises sur le Plateau Mont-Royal.

Plateau Mont-Royal, Montréal
Crédit photo : Josée Cousineau

Certaines chaises

… se veulent moins confortables.

Rue St-Denis, Montréal.
Crédit photo : Josée Cousineau

Voilà qui termine ce billet « Tire-toi une chaise ». J’espère qu’il t’a plu.

Ce billet pourrait aussi te plaire : L’escalier en mots et en images

Défi photos 7 jours en noir et blanc

Le défi

Suite à un défi photos lancé dernièrement par Mathieu, administrateur du groupe « Le rendez-vous des blogueurs », je me suis dit « Pourquoi pas? ». En fait, c’est la deuxième fois que je participe à ce genre de challenge que Mathieu nous propose.

Aimant les défis, j’ai joint un deuxième critère au sien qui était de faire une photo par jour en noir et blanc. Je me suis choisi un objet d’inspiration que je devais intégrer dans chacune de mes photos.

L’objet choisi : un petit pingouin qui fait partie de mes décorations de Noël. Je l’ai appelé Gédéon, le petit randonneur.


Début d’une promenade dans la forêt enchantée
avec Gédéon, le petit randonneur.

Croire en ses rêves. Gédéon se prend pour un pic bois.
Crédit photo : Josée Cousineau

Et si on décorait la forêt
pour oublier la grisaille d’automne?

Gédéon au parc.
Il a voulu essayer la balançoire à deux,
mais il ne fait pas le poids!

Trouver l’équilibre!

Gédéon a envie de manger une omelette.
Dans le poulailler, il se sent chez « oeufs ».
J’craque pour toi mon coco!

Le Père Noël, est-ce qu’il fait partie des services essentiels?
Gédéon ne perd pas espoir, il lui a préparé
une tasse de lait et quelques biscuits!

Voilà! Le défi a été relevé! Et toi, tu l’as relevé aussi?

L’escalier en mots et en images

Que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur des bâtiments, on retrouve des escaliers à travers le monde. Avant l’escalier, les gens utilisaient l’échelle qui, disons-le, n’était pas très pratique. Par contre, je ne suis pas ici pour te faire l’histoire car Wikepedia et plusieurs autres sites regorgent d’information sur le sujet. Le but de ce billet est de te faire voir les escaliers en mots et en images que j’ai photographiés à Montréal au fil du temps, le tout accompagné de quelques citations.

Et si on commençait par la définition de ce mot…

Définition

Selon Larousse, un escalier est un ensemble de supports plans (degrés, marches), fixes ou mobiles, échelonnés de façon à assurer la circulation des personnes entre deux ou plusieurs niveaux.

« Les escaliers montent ou descendent selon le sens où on les prend. »

– Jean Ferrat
Quartier Mile End, Montréal.

Doit-on dire un escalier ou des escaliers?

Toujours selon Larousse, dans la langue courante, en particulier à l’oral, on dit indifféremment l’escalier ou les escaliers pour désigner une suite unique de marches : monter les escaliers quatre à quatre ; la concierge est dans les escaliers ; descendre l’escalier.


« En montant un escalier, on est toujours plus fatigué à la fin qu’au début. Dans ces conditions, pourquoi ne pas commencer l’ascension par les dernières marches et la terminer par la première. »

– Pierre Dac

Certains résidents prennent le temps d’enjoliver l’escalier en déposant des pots de grès remplis de géraniums sur les marches, ajoutant ainsi de la couleur et brisant la monotonie.

Quartier Mile End, Montréal.

« La dernière marche d’un escalier qu’on gravit est toujours plus haute que les autres. »

– Paul Masson

Les escaliers extérieurs

Mile End, Montréal.

« L’inventeur de l’escalier habitait sûrement au premier étage.« 

– Philippe Geluck

À Montréal, on retrouve encore énormément de maisons construites dans les années ’20, ’30 et ’40 dont les escaliers se trouvent à l’extérieur. La plupart d’entre elles sont des maisons à deux ou trois étages. On voit donc un petit escalier pour accéder au premier niveau et un long escalier pour monter au deuxième. De là, on doit entrer à l’intérieur pour prendre un autre escalier menant au troisième étage.


Plateau Mont-Royal, Montréal.

On retrouve des escaliers en forme de L ou de S, des escaliers droits, simples ou jumelés. Il suffit d’observer.

Plateau Mont-Royal, Montréal.
Plateau Mont-Royal, Montréal.

Plateau Mont-Royal, Montréal.
Escaliers jumelés, quartier Mile End, Montréal.

Les ruelles

Dans les Ruelles vertes de Montréal que j’ai sillonnées à plusieurs reprises, on retrouve des escaliers en métal en forme de spirale ou de colimaçon.

Ruelle Verte, Montréal.
Plateau Mont-Royal, Montréal.

Les escaliers de secours

Enfin, nombreux sont les escaliers de secours que l’on retrouve au centre-ville de Montréal. En voici une que j’aime particulièrement.

Centre-ville de Montréal.

Enfin se termine ma petite tournée de Montréal dans les escaliers. J’espère que tu as apprécié les escaliers en mots et en images et que tu n’es pas trop épuisé.e!

Pour terminer, la prochaine fois que tu sillonneras les rues de ton quartier, prends le temps de bien observer autour de toi, tu pourrais y faire de jolies découvertes.


Voici quelques billets qui pourraient t’intéresser:

Octobre rose – Défi photos

Octobre rose

Octobre est le mois qui est associé à la sensibilitation au cancer du sein, et ce, à travers le monde.

Pour souligner cette grande cause, j’ai eu envie, tout simplement, de partager quelques photos… roses avec toi. Ce qui sera une introduction à un défi que je me lance pour le mois d’octobre, soit de poster une photo « rose » par jour sur mon Facebook.

« Des mots et des images« .

Aurais-tu envie de relever le défi?


Octobre rose, thème proposé par le groupe La blogo qui déchire.

Défi photos

… en confinement.

Mais qu’est-ce que le confinement? 

Commençons par décrire ce qu’est le confinement.

Selon Larousse…

  • Confinement : Action de confiner, de se confiner dans un lieu ; fait d’être confiné.
  • Être confiné : Être enfermé dans un lieu.

Lorsque je lis la définition donnée par Larousse, est-ce que je me sens vraiment en confinement?  Je répondrais « non« , « oui… mais » et « pas du tout« !

Pourquoi je dis non?

Je dirais non pour plusieurs raisons.

En premier lieu, parce que j’ai la chance d’habiter dans une maison qui contient suffisamment de pièces. En plus, j’ai deux espaces définis bien à moi.  

Premièrement, mon atelier d’écriture pour me retrouver… tu l’auras deviné, pour écrire. 

Mon atelier d’écriture est situé au rez-de-chaussée dans la pièce la plus ensoleillée de la maison.  Je l’ai décorée à mon image.  Une table d’écriture, une chaise confortable, une lampe dénichée au marché aux puces, trois étagères vitrées et une chaise en osier achetée l’été dernier dans une vente de garage pour la modique somme de $10. 

Et finalement, derrière moi, près de la fenêtre, un vieux coffre de métal sur lequel je dépose mes plantes qui semblent très heureuses de profiter du soleil.  Mon cactus de Noël vient de me le prouver en fleurissant pour une deuxième fois cette année!

Mon cactus de Noël

Deuxièmement, j’ai également un autre coin dans le sous-sol que j’appelle (ne me demande pas pourquoi) « Atelier du bonheur », espace de création, allant du dessin au collage en passant par l’aquarelle.  Écouteurs sur les oreilles, j’aime créer au son de la musique, Folk pour la plupart du temps.

L’Homme et moi partageons aussi un espace réservé pour la photographie.  Studio maison, ordinateurs pour le traitement de nos photos.

Finalement, nous avons aussi le bonheur d’avoir une cour, un espace terrasse aménagé avec un coin salon, un coin BBQ et un spa.  Dès que les chaleurs seront plus présentes, nous y passerons énormément de temps.

Photo contemplative. Prise au fond de notre spa.

Je pense souvent aux gens qui demeurent à la ville sans balcon.  Je me sens tellement choyée de vivre à la campagne.

De mon balcon, j’ai droit aux plus beaux couchers de soleil, soir après soir.

Pourquoi je dis oui… mais?

  • Je n’ai plus la liberté d’aller voir mes enfants et mes petits-enfants qui demeurent dans la province voisine… oui… mais nous avons la technologie pour ne pas se perdre de vue. (Une de mes petite-filles me disait justement cette semaine que les câlins lui manquent, elle a tellement hâte de serrer sa mère dans ses bras).
  • J’ai moins de liberté pour aller faire mes courses… oui… mais on fait des achats en ligne pour la nourriture, les médicaments et les produits de soin.  On récupère sans contact ou on fait livrer directement à notre porte.  
  • Je m’étais inscrite à toutes sortes d’ateliers et de conférences qui ont été annulés… oui… mais je me suis inscrite à plein d’ateliers en ligne.
  • Les soupers entre amis, oui mais, on va se reprendre!

Pas du tout…

En terminant, voyons ce qui ne me manque pas…

  • Aller magasiner, aller flâner dans les boutiques.  J’avoue que ça ne me manque pas du tout.
  • Manger au restaurant. L’Homme et moi, on adore cuisiner… à la maison, on se fait de la bonne bouffe à moindre coût et on a autant de plaisir! Et on a commencé à faire notre pain!
Confinement

Voilà qui termine ce billet. Un aperçu de mon confinement à la maison en sept photos.

Et toi, comment ça s’passe?


Inspiré par un des thèmes du mois d’avril du groupe « Le rendez-vous des blogueurs » : Défi photos 7 jours qui montrent notre réalité en temps de confinement.


Pour d’autres de mes photos: Ma galerie

La rue Principale

Découvrir mon quartier en 52 photos

La rue Principale fait partie d’une série de billets ayant pour thème « Découvrir mon quartier en 52 photos« . Marcher ma ville comme si j’étais une simple touriste! Pourquoi pas?

« La photographie est l’art de montrer de combien de moments éphémères la vie est faite. »

– Marcel Proust

La photo de rue

Je serais prête à dire que la photo de rue est un style de vie. Marcher, sans caméra au cou, serait pour moi comme manger sans ustensile. En fait, l’expérience ne serait pas la même.

Aujourd’hui, j’ai choisi de te présenter quelques photos prises sur la rue Principale de mon quartier. Quelques unes de ces photos incluent des gens, souvent vus de dos ou de loin. Peut-être qu’un jour, j’aurai l’audace d’aller plus loin dans la photo de rue afin de croquer des scènes sur le vifs. Pour l’instant, je n’ose pas!

En ce moment, lorsque je photographie ma ville, l’important pour moi est de capter une image qui me parle, qui me raconte une histoire. J’espère qu’elles te parleront également.

Enfin, c’est ici que je te souhaite une excellente visite… en mots et en images.

Une envie de printemps

La photo ci-dessous était, pour moi, représentative du « moment présent« . Marcher, bras dessus, bras dessous, et profiter de l’autre tout simplement. Nul besoin de faire la conversation. Juste être là, ici et maintenant.


La photo suivante, « moment de solitude« . As-tu besoin comme moi de te retrouver seule de temps à autre?

Envie d’une crème glacée?

« Moment d’hésitation« . Devrais-je faire un arrêt chez Carole et me faire servir un bon café bien chaud?

Jour de printemps

Enfin, c’est ici que se termine ma promenade sur la rue Principale.


Pour voir d’autres photos de mon patelin:

L’art est en ville

Découvrir mon quartier en 52 photos

Voir ma ville autrement

L’art est en ville fait partie d’une série de billets ayant pour thème « Découvrir mon quartier en 52 photos« . Marcher ma ville comme si j’étais une simple touriste! Pourquoi pas?

Cela me permet de voir et de m’attarder à des choses qui autrement passeraient presque inaperçues.

Aujourd’hui, j’ai choisi de présenter mes photos représentant quelques plaques murales géantes que l’on retrouve un peu partout sur les murs de différents bâtiments de la ville. Du plaisir et du bonheur pour les yeux!

À la fin de ce billet, j’ai pensé te lancer un défi…

« Hommage au passé »

Ci-dessous, un visage sculpté par Johanne L’Abbé Chaput.

« Iseulta »

Peinture et sculpture, oeuvre de Suzanne de Carufel.

« Le lac… Variations »
« Le poisson »

La photo ci-dessous, intitulée « Les fous du rois », représente les oeuvres de Lise-Anne Bernatchez. Sculpture représentant animaux et personnages fabriqués de matériaux recyclés tels que tissus et magazines.

« Les fous du roi »
« Deux chevaux sur la clôture »

Pour terminer, voici quelques photos extérieures de la Galerie de la Route des Arts de Lachute, endroit où l’on retrouve les oeuvres des artistes de la région. N’hésite surtout pas à entrer voir l’exposition en cours… toujours de belles surprises qui nous y attendent!

Toi qui vis dans Lachute, as-tu pris le temps de voir toute la beauté que l’on retrouve sur la rue Principale? Toi qui vis ailleurs, à quand remonte la dernière fois où tu as sillonné les rues de ton patelin?

Je te lance le défi de le faire dans les prochains jours!
Crédit photo: Josée Nadeau Cousineau

Ces billets pourraient également t’intéresser:


Inscris-toi à la lettre d’amitié dès maintenant. Après avoir complété le formulaire, retourne dans tes courriels pour valider ton inscription. (Tu ne vois pas le courriel? Pas de panique, va voir dans les pourriels.)

La vieille gare de Lachute

Découvrir mon quartier en 52 photos

Cette année, j’ai décidé de te faire découvrir mon quartier en 52 photos, défi que je me suis lancé au début de janvier après avoir joint le groupe « Projet 52 « . Le mois dernier, je t’ai fait découvrir le Parc Barron en 9 photos, cette fois-ci, je poursuis la visite avec la vieille gare de Lachute.

Crédit photos: Josée Cousineau

Premièrement, débutons la visite avec un peu d’histoire. La structure du chemin de fer reliant Québec à Ottawa a été installée en 1876. Et dès 1877, le bâtiment a été érigé au coeur de Lachute sur la rue de Berry.

Cette gare servait de transit pour les passagers et également pour la marchandise.

Ayant fermé en 1981, c’est en 2007 que la MRC d’Argenteuil demande à la municipalité de citer l’édifice « monument historique » en vertu de la Loi sur les biens culturels du Québec. La ville leur cède l’édifice pour la somme symbolique de $1. *

Pour les photos? On y est presque…


Pour plus d’histoire sur cette gare, je t’invite à visiter:

*Source: La petite histoire d’une vieille gare


Trésor historique en photos

Dès maintenant, je te présente ce trésor historique en 8 photos que j’aime bien et qui ont été prises en saison hivernale.

Faisons le tour du bâtiment…

Premièrement, je te présente une photo du mur faisant face à l’est. Le bâtiment construit de briques rouges et de pierres est un mélange d’architectures.

Mur faisant face à l’est.

Les murs-pignons sont d’inspiration gothique tandis que le toit est d’aspect anglo-normand.


Muni de plusieurs fenêtres et de baies, on peut également voir de petites ouvertures rappelant les meurtrières.

On les appelle ainsi, non pas parce qu’elles peuvent tuer mais parce qu’elles sont de dimensions étroites et nous rappellent les meurtrières des forteresses d’où on lancait les projectiles vers les adversaires.


On peut profiter du moment présent en prenant place sur ce banc de métal noir qui a été installé sur le long balcon de bois.

Ensuite, l’entrée principale nous permet de pénétrer dans les différents bureaux dont ceux de la MRC d’Argenteuil et de l’accueil touristique de Lachute.


Enfin, c’est ici que se termine la visite extérieure de la vieille gare de Lachute.

EN ESPÉRANT QUE MES PHOTOS T’INCITERONT À ARRÊTER À LA VIEILLE GARE ET À PRENDRE PLACE SUR LE BANC POUR PROFITER DU MOMENT PRÉSENT. N’OUBLIE PAS D’APPORTER TA CAMÉRA! QUI SAIT? PEUT-ÊTRE AURONS-NOUS L’OCCASION DE NOUS RENCONTRER!

J’attends tes commentaires!



Lettre d'amitié

Inscris-toi à la lettre d’amitié dès maintenant. Après avoir complété le formulaire, retourne dans tes courriels pour valider ton inscription. (Tu ne vois pas le courriel? Pas de panique, va voir dans les pourriels.)

5 citations d’amour et d’amitié

5 citations d’amour et d’amitié

En ce 14 février, voici 5 citations que j’aime beaucoup ayant pour thème l’amour et l’amitié. Je les partage avec toi… en mots et en images.


Premièrement, je t’offre cette photo que j’ai intitulé: « Les yeux fermés ». J’ai photographié cette chèvre au Centre de la Nature de Laval. La chèvre est un animal facile à photographier. J’avais l’impression qu’elle prenait plaisir à poser pour moi.


Deuxièmement. Une fleur de tournesol captée dans un champ près d’Alexandria, Ontario. De magnifiques fleurs géantes qui ont toujours un regard vers le soleil.

Des mots et des images

Visite au Jardin Botanique de Montréal qui m’a permis de capter en image de jolis papillons butinant de fleur en fleur.

Citation sur le bonheur

Fleur géante parmi les tulipes photographiée lors d’un merveilleux voyage à Amsterdam. Une visite au Jardin Keukenhof, du plaisir pour les yeux!


Finalement, une autre photo captée au Jardin Keukenhof d’Amsterdam que j’avais intitulée: Larme de joie.

Des mots et des images

J’espère que ces 5 citations t’ont plu en ce jour de la Fête des Coeurs.

Pour terminer, dis-moi, quelle est ta citation préférée?


Pour d’autres citations, je t’invite à consulter la catégorie: Citations. En me suivant sur ma page Facebook, tu recevras sur ton fil d’actualité une citation à tous les lundis.

Des mots et des images

Le Parc Barron

Découvrir mon quartier en 52 photos.

Cette année, j’ai décidé de te faire découvrir mon quartier en 52 photos, défi que je me suis lancé en janvier après avoir joint le groupe « Projet 52« .

*crédit photos: Josée Cousineau

Première découverte

Le Parc Barron de Lachute

Passionnée de la photographie, le Parc Barron est un endroit où j’aime me retrouver en toutes saisons! Caméra au cou, j’ai immortalisé, au fil du temps, quelques moments que je partage volontiers avec toi. Évidemment, comme il se doit, les mots accompagneront mes images.

Pourquoi j’aime ce parc

De prime abord, j’oserais dire, pour diverses raisons. 

Premièrement,  pour son sentier aménagé d’environ un kilomètre et pour les arbres matures qui nous procurent l’ombrage tant recherché en période de canicule. 

De plus, pour ajouter à son charme, le Parc Barron est situé tout près de la Rivière du Nord qui nous procure une petite fraîcheur en été. 

La Rivière du Nord, juste à côté du Parc Barron, Lachute.

Tout au long du sentier, plusieurs occasions de s’arrêter pour de courtes pauses s’offrent à nous puisqu’on y retrouve quelques bancs et également des monuments relatant l’histoire de la ville de Lachute.

Pour débuter notre visite, voici la photo d’une des structures que l’on peut voir au Parc Barron.  « Le Bûcheron« .   Cette sculpture, réalisée par l’artisan Troy Beck dans le cadre du 125e anniversaire de la ville de Lachute, est faite de fer martelé.  Je la trouve tout simplement magnifique!

Des mots et des images
Le bûcheron, structure de fer martelé.

Lorsque tu passeras à ce parc, prends le temps d’arrêter devant cette sculpture pour admirer tous les petits détails tels que son manteau muni d’une poche, ses bottes et sa tuque.

Quelques détails de la structure de fer martelé.

J’ai été agréablement surprise de voir tous ces arbres en fleurs dès l’arrivée du printemps. De magnifiques fleurs roses ou blanches nous prévenant de l’arrivée prochaine de petits fruits.

Arbre en fleurs au Parc Barron, Lachute

En été, les marcheurs, seuls ou en groupe, profitent de ce parc que je qualifie d’enchanteur. Certains d’entre eux améliorent leur cardio tandis que d’autres marchent tranquillement en papotant avec les ami.es.


Et finalement, avec le retour de l’automne, les fruits séchés demeurent suspendus aux branches d’arbres et feront sans doute le bonheur des oiseaux et des écureuils.

Arbres fruitiers, automne 2019, Parc Barron, Lachute.


Pour terminer ce billet, j’espère que le fait de découvrir mon quartier en 52 photos t’incitera à aller parcourir ce kilomètre de sentier pédestre, peu importe la saison! N’oublie pas d’apporter ta caméra! Qui sait? Peut-être aurons-nous l’occasion de se rencontrer!

J’attends tes commentaires!


Lettre d'amitié

Inscris-toi à la lettre d’amitié dès maintenant. Après avoir complété le formulaire, retourne dans tes courriels pour valider ton inscription. (Tu ne vois pas le courriel? Pas de panique, va voir dans les pourriels.)