L’automne au ras du sol

Photographier au ras du sol apporte un nouveau point de vue des objets. C’est comme si on se transformait momentannément en chat ou en souris si tu préfères.

Je trouve que l’automne est propice à ce genre de photographie… surtout avec tout ce qui se trouve au sol. Les champignons, les pommes de pin, les feuilles colorées…

Je te présente donc quelques unes de mes photos préférées prise à vue de chat.


J’espère que ces photos d’automne au ras du sol t’ont plu. J’attends tes commentaires.

Randonnée photos – Est ontarien

J’adore les randonnées photos. Malheureusement, avec l’augmentation du coût de l’essence, elles se font plus rares. Mais, dernièrement, je suis allée faire une randonnée photos dans l’est ontarien… sur les routes de campagne.


Voici quelques photos prises lors de ce « Road Trip ».

Les vaches

Je n’y connais rien en matière de la race bovine, mais j’adore les photographier en pleine nature. À chaque année, j’aime retourner dans les champs de l’est ontarien et observer les animaux. Les vaches sont curieuses. Certaines d’entre elles s’approchent tranquillement lorsqu’elles me voient en bordure du chemin avec mon appareil photo.

D’autres semblent plus indépendantes et m’ignorent complètement. Les anciens nous disaient que les vaches qui se couchent en plein champ nous annoncent la pluie. Allez hop les vaches! On veut du soleil!

Les prochaines sont occupées à brouter à même le charriot. Une petite fringale?


À chaque fois que je passe dans l’coin, je m’arrête à cette ferme abandonnée. As-tu remarqué le p’tit oiseau sur la cheminée de gauche?

Crédit photo: Josée Cousineau

Pop Silo

Il y a deux ans, j’ai fait le circuit Popsilo. Je vais devoir le refaire car le nombre de silos à voir a augmenté depuis ma tournée.

La photo ci-dessous nous montre le silo que l’on retrouve sur le vignoble de Vankleek Hill. (Vankleek Hill Vineyard). L’artiste polonais, Omen, a nommé son oeuvre « Kruk » qui veut dire corbeau dans sa langue maternelle. Le corbeau est un des multiples oiseaux que l’on peut retrouver sur la propriété des vignerons.


Un deuxième arrêt à Vankleek Hill sur la ferme Ouimet. Le « Gars de la ferme » a été imaginé par Emmanuel Jarus et Zek One sur le thème de la jeunesse.


En passant par Embrun, on peut admirer le silo suivant. Le thème qui a inspiré les artiste Lacey et Layla est l’unité de tous les peuples.

La jeune fille représente la jeunesse non-critique et l’aigle royal, oiseau présent dans la région, est le symbole du leadership et d’une vision éclairée.


Un p’tit tour à St-Albert pour admirer la murale créée sur le silo par l’artiste Dodo Ose. Cet artiste chevronné créait des murales en milieu urbain depuis plus de 20 ans. Il a décidé de se réinventer en entrant dans l’aventure des Popsilos.

La Fromagerie St-Albert qui a été fondée en 1894 est l’une des plus anciennes coopératives du Canada.

Petite histoire de la fromagerie St-Albert.


La prochaine photo nous amène à Casselman. L’artiste Roadsworth a choisi le thème de l’environnement pour créer cette magnifique murale: « La vie des abeilles ».


J’espère que tu as apprécié ma petite escapade en photos. Si tu n’as pas encore fait le circuit des Popsilos, je te suggère de l’ajouter à ton agenda de l’été prochain!

Pour terminer, parmi les cinq silos que j’ai photographiés, lequel préfères-tu?


Une bouffée de printemps

Ah le printemps! La fonte des neiges nous réserve de belle surprises. Nos paysages se coloreront bientôt grâce aux fleurs printanières. Sur ce billet, j’ai voulu t’offrir une bouffée de printemps en réunissant quelques unes de mes photos prises durant cette saison qui précède l’été, celle qu’on aime tant, et auxquelles j’ai ajoutées de jolies citations. Tu es prête?


Lors d’un voyage à Amsterdam en 2017, j’ai eu le bonheur de passer une journée au Jardin Keukenhof. Un de mes rêves s’était enfin réalisé.

Des mots et des images
Cette photo peut être commandée sous forme de carte de souhait. Ici.

Des tulipes à perte de vue et de toutes les couleurs. J’ai craqué pour ces tulipes roses à peine ouverte.

Cette photo peut être commandée sous forme de carte de souhait. Ici.

Grâce à ma blopine « La jardinière ordinaire« , je connais maintenant le nom de cette jolie fleur jaune: la fritillaire impériale.

Cette photo peut être commandée sous forme de carte de souhait. Ici.

Je me déplace maintenant vers Ottawa. En mai, les tulipes sont omniprésentes dans cette ville. Le parterre, devant le Parlement, est remplie de belles tulipes de toutes les couleurs. Sur les trottoirs, plusieurs bacs sont installés pour faire pousser les bulbes de tulipes. Les rues et les parcs sont colorés à souhait pour le plaisir des yeux des résidents et des touristes. D’ailleurs, à chaque année, au mois de mai, a lieu ‘Le festival canadien des tulipes« .

Les photos suivantes ont été prises juste en face du Parlement. Du bonheur pour les yeux! Autant je craque pour le rose, autant je craque pour le rouge!

Cette photo peut être commandée sous forme de carte de souhait. Ici.

Cette photo peut être commandée sous forme de carte de souhait. Ici.

Cette photo peut être commandée sous forme de carte de souhait. Ici.

Cette photo peut être commandée sous forme de carte de souhait. Ici.

Photo prise à Ottawa, Canada.

Dans un parc, tout près du Parlement d’Ottawa.

Sur la rue Sparks, Ottawa.

Dans un parc, tout près du Parlement d’Ottawa.

J’espère que mes photos de fleurs printanières t’ont apporté une bouffée de printemps en attendant de pouvoir les humer dans nos jardins.

N’oublie surtout pas qu’il y a des fleurs partout pour qui veut bien les voir.


Je t’invite à revenir sur mon Cybercarnet à tous les lundis pour voir la citation que j’ai choisie de publier. Cette citation est, la plupart du temps, accompagnée d’une photo faisant partie de mon album personnel.

Quatorze jours, 14 photos

Pour répondre à un défi que j’ai lancé sur le groupe Facebook Photographie Cent Mots, j’ai décidé de regrouper mes photos sur un billet. Quatorze jours, 14 photos. Toutes prises dans la même pièce de la maison. Pour ajouter un élément additionnel à ce challenge « Défi photos 14 jours », j’ai traité mes photos en noir et blanc, sauf une sur laquelle j’ai laissé un peu de rose.

La pièce de la maison choisie pour l’exercice : Mon atelier d’écriture.

Photo #1 – Souris à vue de chat.

Souris à vue de chat

Photo #2 – Dossier

Dossier

Photo #3 – Tourner autour du pot

Tourner autour du pot

Photo #4 – Silence, on écoute

Silence, on écoute

Photo #5 – Ne cherchez pas la clef

Ne cherchez pas la clef

Photo #6 – Tiroir secret

Tiroir secret

Photo #7 – Abat-jour, ombre et lumière

Abat-jour, ombre et lumière

Photo #8 – Surprise du matin

Surprise du matin

Photo #9 – Kitch

Kitch

Photo #10 – Blanc… comme neige!

Photo #11 – Remplie d’histoire

Photo #12 – L’envers du décor

Photo #13 – Souvenirs de voyage

Photo #14 – Au fil du temps


Challenge complété!

Pour voir d’autres de mes photos, consulte la catégorie : La photo, une passion

Tire-toi une chaise!

Les chaises

Dans ce billet, je partage avec toi différentes chaises que j’ai photographiées au fil du temps, un peu partout à travers le Québec et ailleurs. J’espère que ça te plaira. Alors, tire-toi une chaise et installe-toi confortablement!

La photo d’en-tête a été prise dans l’ancien Court House de la ville de St-Louis.

Débutons par la définition du mot « chaise ».

Premièrement, la fonction première de la chaise est de s’asseoir. Elle peut être à la fois un objet utilitaire et/ou décoratif.

Selon Larouse : Siège à dossier, sans bras. (La chaise n’apparaît en France qu’au xvie s., sous le nom de chaise à dos ou chaise à vertugadin, tandis que le fauteuil est nommé à la même époque chaise à bras.)

Types de chaises

Ensuite, je poursuis avec quelques uns des différents types de chaises qu’on retrouve à travers le monde : la chaise à bascule, la chauffeuse, la chaise gondole, la caqueteuse, la chaise à bras, la chaise curule, la chaise longue, la chaise pliante, la transat, la chaise à portard, la chaise de bureau, la Windsor, la chaise de jardin, pour n’en nommer quelques unes.


La chaise Adirondack

Le premier type de chaises dont j’ai envie de te parler est la chaise Adirondack, ma préférée!

La chaise Adirondack est habituellement faite de bois, malgré qu’on en fabrique maintenant à partir de matériau synthétique. On utilise ce type de chaises dans le jardin ou sur les terrasses et on en retrouve de toutes les couleurs. Elle est munie d’accoudoirs larges sur lesquels on peut facilement déposer un verre ou un livre.

Terrasse arrière de l’Auberge Sous les arbres à Gaspé.
Crédit photo : Josée Cousineau

Le savais-tu? La première chaise Adirondack a été créée par Thomas lee en 1903 aux États-Unis dans les Adirondack.


Jardin Botanique de Montréal

Les premières chaises Adirondack que j’ai photographiées étaient au Jardin Botanique de Montréal. Placées sur le bord d’un étang, parmi les fleurs, les visiteurs peuvent prendre le temps de s’y asseoir et de profiter du moment présent. Du bonheur!

Jardin Botanique de Montréal.à
Crédit photo : Josée Cousineau

Le Willow

Une autre de mes belles découvertes à l’Auberge Willow de la région d’Hudson, située aux abords de la rivière des Outaouais.

Terrasse du Willow à Hudson.
Crédit photo : Josée Cousineau
Terrasse du Willow à Hudson.
Crédit photo : Josée Cousineau

La Maison Lavande

À l’été 2019, je me suis rendue à la Maison Lavande de St-Eustache. Plusieurs chaises Adirondack blanches ont été installées un peu partout entre les rangs de lavande… pour le plaisir des visiteurs et des photographes.

La Maison Lavande de St-Eustache.
Crédit photo : Josée Cousineau
La Maison Lavande de St-Eustache.
Crédit photo : Josée Cousineau

Pour voir d’autres photos prises à la Maison Lavande, je t’invite à lire un billet que j’ai écrit : Flâner à la Maison Lavande, du bonheur.


Château Montebello

Je me suis également rendue au Château Montebello du petit village qui porte le même nom. Sur la terrasse située sur le bord de la rivière des Outaouais, plusieurs chaises Adirondack y sont installées pour le plaisir des touristes.

Photo prise au Château Montebello.
Crédit photo : Josée Cousineau
Photo prise au Château Montebello.
Crédit photo : Josée Cousineau

Tout à fait par hasard, en voulant photographier l’Église de St-Eustache, j’ai découvert sur le côté du bâtiment, de vieilles fenêtres ainsi qu’un chaise Adirondack.

St-Eustache

St-Eustache
Crédit photo : Josée Cousineau

Autres types de chaises

Je termine avec d’autres types de chaises que j’ai photographiées au fil du temps.

Voici une chaise à fond tressé

…qu’on retrouvait dans plusieurs maisons québécoises.

Pointe-du-Moulin, Québec
Crédit photo : Josée Cousineau

La chaise pliante

…qui se transporte facilement et qu’on utilise habituellement à la plage.

Chaise pliante photographie à la Pointe-du-Moulin
lors d’une exposition de voitures antiques.
Crédit photo : Josée Cousineau

Les artistes

… s’inspirent parfois d’objets du quotidien pour créer de magnifiques sculptures.

Le Chenail d’Hawkesbury.
Crédit photo : Josée Cousineau

La chaise utilisée

… en déco. Ici, elle sert également de support pour une plante.

Mile End, Montréal.
Crédit photo : Josée Cousineau

Sur les balcons…

on retrouve souvent différents types de chaises.

Mile End, Montréal
Crédit photo : Josée Cousineau

Les graffitis

… se retrouvent même sur les chaises sur le Plateau Mont-Royal.

Plateau Mont-Royal, Montréal
Crédit photo : Josée Cousineau

Certaines chaises

… se veulent moins confortables.

Rue St-Denis, Montréal.
Crédit photo : Josée Cousineau

Voilà qui termine ce billet « Tire-toi une chaise ». J’espère qu’il t’a plu.

Ce billet pourrait aussi te plaire : L’escalier en mots et en images

Défi photos 7 jours en noir et blanc

Le défi

Suite à un défi photos lancé dernièrement par Mathieu, administrateur du groupe « Le rendez-vous des blogueurs », je me suis dit « Pourquoi pas? ». En fait, c’est la deuxième fois que je participe à ce genre de challenge que Mathieu nous propose.

Aimant les défis, j’ai joint un deuxième critère au sien qui était de faire une photo par jour en noir et blanc. Je me suis choisi un objet d’inspiration que je devais intégrer dans chacune de mes photos.

L’objet choisi : un petit pingouin qui fait partie de mes décorations de Noël. Je l’ai appelé Gédéon, le petit randonneur.


Début d’une promenade dans la forêt enchantée
avec Gédéon, le petit randonneur.

Croire en ses rêves. Gédéon se prend pour un pic bois.
Crédit photo : Josée Cousineau

Et si on décorait la forêt
pour oublier la grisaille d’automne?

Gédéon au parc.
Il a voulu essayer la balançoire à deux,
mais il ne fait pas le poids!

Trouver l’équilibre!

Gédéon a envie de manger une omelette.
Dans le poulailler, il se sent chez « oeufs ».
J’craque pour toi mon coco!

Le Père Noël, est-ce qu’il fait partie des services essentiels?
Gédéon ne perd pas espoir, il lui a préparé
une tasse de lait et quelques biscuits!

Voilà! Le défi a été relevé! Et toi, tu l’as relevé aussi?

L’escalier en mots et en images

Que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur des bâtiments, on retrouve des escaliers à travers le monde. Avant l’escalier, les gens utilisaient l’échelle qui, disons-le, n’était pas très pratique. Par contre, je ne suis pas ici pour te faire l’histoire car Wikepedia et plusieurs autres sites regorgent d’information sur le sujet. Le but de ce billet est de te faire voir les escaliers en mots et en images que j’ai photographiés à Montréal au fil du temps, le tout accompagné de quelques citations.

Et si on commençait par la définition de ce mot…

Définition

Selon Larousse, un escalier est un ensemble de supports plans (degrés, marches), fixes ou mobiles, échelonnés de façon à assurer la circulation des personnes entre deux ou plusieurs niveaux.

« Les escaliers montent ou descendent selon le sens où on les prend. »

– Jean Ferrat
Quartier Mile End, Montréal.

Doit-on dire un escalier ou des escaliers?

Toujours selon Larousse, dans la langue courante, en particulier à l’oral, on dit indifféremment l’escalier ou les escaliers pour désigner une suite unique de marches : monter les escaliers quatre à quatre ; la concierge est dans les escaliers ; descendre l’escalier.


« En montant un escalier, on est toujours plus fatigué à la fin qu’au début. Dans ces conditions, pourquoi ne pas commencer l’ascension par les dernières marches et la terminer par la première. »

– Pierre Dac

Certains résidents prennent le temps d’enjoliver l’escalier en déposant des pots de grès remplis de géraniums sur les marches, ajoutant ainsi de la couleur et brisant la monotonie.

Quartier Mile End, Montréal.

« La dernière marche d’un escalier qu’on gravit est toujours plus haute que les autres. »

– Paul Masson

Les escaliers extérieurs

Mile End, Montréal.

« L’inventeur de l’escalier habitait sûrement au premier étage.« 

– Philippe Geluck

À Montréal, on retrouve encore énormément de maisons construites dans les années ’20, ’30 et ’40 dont les escaliers se trouvent à l’extérieur. La plupart d’entre elles sont des maisons à deux ou trois étages. On voit donc un petit escalier pour accéder au premier niveau et un long escalier pour monter au deuxième. De là, on doit entrer à l’intérieur pour prendre un autre escalier menant au troisième étage.


Plateau Mont-Royal, Montréal.

On retrouve des escaliers en forme de L ou de S, des escaliers droits, simples ou jumelés. Il suffit d’observer.

Plateau Mont-Royal, Montréal.
Plateau Mont-Royal, Montréal.

Plateau Mont-Royal, Montréal.
Escaliers jumelés, quartier Mile End, Montréal.

Les ruelles

Dans les Ruelles vertes de Montréal que j’ai sillonnées à plusieurs reprises, on retrouve des escaliers en métal en forme de spirale ou de colimaçon.

Ruelle Verte, Montréal.
Plateau Mont-Royal, Montréal.

Les escaliers de secours

Enfin, nombreux sont les escaliers de secours que l’on retrouve au centre-ville de Montréal. En voici une que j’aime particulièrement.

Centre-ville de Montréal.

Enfin se termine ma petite tournée de Montréal dans les escaliers. J’espère que tu as apprécié les escaliers en mots et en images et que tu n’es pas trop épuisé.e!

Pour terminer, la prochaine fois que tu sillonneras les rues de ton quartier, prends le temps de bien observer autour de toi, tu pourrais y faire de jolies découvertes.


Voici quelques billets qui pourraient t’intéresser:

Octobre rose – Défi photos

Octobre rose

Octobre est le mois qui est associé à la sensibilitation au cancer du sein, et ce, à travers le monde.

Pour souligner cette grande cause, j’ai eu envie, tout simplement, de partager quelques photos… roses avec toi. Ce qui sera une introduction à un défi que je me lance pour le mois d’octobre, soit de poster une photo « rose » par jour sur mon Facebook.

« Des mots et des images« .

Aurais-tu envie de relever le défi?


Octobre rose, thème proposé par le groupe La blogo qui déchire.

Défi photos

… en confinement.

Mais qu’est-ce que le confinement? 

Commençons par décrire ce qu’est le confinement.

Selon Larousse…

  • Confinement : Action de confiner, de se confiner dans un lieu ; fait d’être confiné.
  • Être confiné : Être enfermé dans un lieu.

Lorsque je lis la définition donnée par Larousse, est-ce que je me sens vraiment en confinement?  Je répondrais « non« , « oui… mais » et « pas du tout« !

Pourquoi je dis non?

Je dirais non pour plusieurs raisons.

En premier lieu, parce que j’ai la chance d’habiter dans une maison qui contient suffisamment de pièces. En plus, j’ai deux espaces définis bien à moi.  

Premièrement, mon atelier d’écriture pour me retrouver… tu l’auras deviné, pour écrire. 

Mon atelier d’écriture est situé au rez-de-chaussée dans la pièce la plus ensoleillée de la maison.  Je l’ai décorée à mon image.  Une table d’écriture, une chaise confortable, une lampe dénichée au marché aux puces, trois étagères vitrées et une chaise en osier achetée l’été dernier dans une vente de garage pour la modique somme de $10. 

Et finalement, derrière moi, près de la fenêtre, un vieux coffre de métal sur lequel je dépose mes plantes qui semblent très heureuses de profiter du soleil.  Mon cactus de Noël vient de me le prouver en fleurissant pour une deuxième fois cette année!

Mon cactus de Noël

Deuxièmement, j’ai également un autre coin dans le sous-sol que j’appelle (ne me demande pas pourquoi) « Atelier du bonheur », espace de création, allant du dessin au collage en passant par l’aquarelle.  Écouteurs sur les oreilles, j’aime créer au son de la musique, Folk pour la plupart du temps.

L’Homme et moi partageons aussi un espace réservé pour la photographie.  Studio maison, ordinateurs pour le traitement de nos photos.

Finalement, nous avons aussi le bonheur d’avoir une cour, un espace terrasse aménagé avec un coin salon, un coin BBQ et un spa.  Dès que les chaleurs seront plus présentes, nous y passerons énormément de temps.

Photo contemplative. Prise au fond de notre spa.

Je pense souvent aux gens qui demeurent à la ville sans balcon.  Je me sens tellement choyée de vivre à la campagne.

De mon balcon, j’ai droit aux plus beaux couchers de soleil, soir après soir.

Pourquoi je dis oui… mais?

  • Je n’ai plus la liberté d’aller voir mes enfants et mes petits-enfants qui demeurent dans la province voisine… oui… mais nous avons la technologie pour ne pas se perdre de vue. (Une de mes petite-filles me disait justement cette semaine que les câlins lui manquent, elle a tellement hâte de serrer sa mère dans ses bras).
  • J’ai moins de liberté pour aller faire mes courses… oui… mais on fait des achats en ligne pour la nourriture, les médicaments et les produits de soin.  On récupère sans contact ou on fait livrer directement à notre porte.  
  • Je m’étais inscrite à toutes sortes d’ateliers et de conférences qui ont été annulés… oui… mais je me suis inscrite à plein d’ateliers en ligne.
  • Les soupers entre amis, oui mais, on va se reprendre!

Pas du tout…

En terminant, voyons ce qui ne me manque pas…

  • Aller magasiner, aller flâner dans les boutiques.  J’avoue que ça ne me manque pas du tout.
  • Manger au restaurant. L’Homme et moi, on adore cuisiner… à la maison, on se fait de la bonne bouffe à moindre coût et on a autant de plaisir! Et on a commencé à faire notre pain!
Confinement

Voilà qui termine ce billet. Un aperçu de mon confinement à la maison en sept photos.

Et toi, comment ça s’passe?


Inspiré par un des thèmes du mois d’avril du groupe « Le rendez-vous des blogueurs » : Défi photos 7 jours qui montrent notre réalité en temps de confinement.


Pour d’autres de mes photos: Ma galerie