La citation du lundi #131

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire du décès de mon père, départ que j’ai longtemps pleuré. Pourtant, je suis certaine qu’il n’aurait pas voulu que je pleure éternellement, lui qui aimait tant la vie. La semaine dernière, en lisant un roman québécois écrit par Claude Coulombe, j’y ai noté un passage qui m’a particulièrement touchée. Je le partage avec toi.

« J’ai acquis le sentiment au fil du temps, que ceux qui nous quittent ne veulent pas qu’on les oublie, mais n’aiment pas qu’on les pleure sans fin. »

– Tiré de « L’héritage de Maurice » écrit par Claude Coulombe.

Pour recevoir ma lettre, en toute amitié, à toutes les deux semaines, remplis le formulaire ci-dessous. N’oublie pas de confirmer ton inscription en retournant dans ta boîte de courriel.

13 réflexions sur “La citation du lundi #131

  1. Marie Kléber dit :

    Des pensées pour aujourd’hui Josée.
    Oui c’est une belle réflexion que tu partages. Les pleurer trop longtemps c’est presque les empêcher d’être en paix.
    Mais c’est toujours plus facile à dire…
    Grosses bises

  2. Morgane dit :

    Très jolie cette citation et tellement vrai !! Je me rappelle que lorsque mon grand-père est décédé il y a 10 ans, il avait laissé cette note dans son testament « pas de fleurs, pas de pleurs ». Ça rejoint exactement cet extrait de texte que tu as partagé. Même si ne pas pleurer est parfois dur, je préfère penser à lui avec nostalgie et sourire aujourd’hui. Le temps apaise les peines 🙂

    • Josée Cousineau dit :

      Tout à fait, Morgane. Comme tu le dis si bien, le temps apaise les peines. Ce qui ne nous empêche pas d’avoir une pensée pour eux. Merci de ton passage sur mon cybercarnet.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *