Flow bonheur – mai 2021

Joli mois de mai rempli de petits et grands bonheurs. Depuis janvier 2021, je complète mon Flow Bonheur. C’est ainsi que je l’ai appelé puisque j’y insère quotidiennement mes petits bonheurs du moment.

J’ai plusieurs raisons d’aimer le mois de mai, j’en parlais justement dans un billet que j’ai écrit dernièrement.

Mille et une raisons d’aimer le printemps

Semaine du 3 mai

Quel est mon premier petit bonheur du mois? : Voir fleurir mon lilas. J’ai toujours désiré avoir un lilas dans mon jardin. Cette année, j’ai planté un lilas « Josée » ainsi qu’un lilas japonais. Ce dernier fleurira en juin et fleurira à nouveau au mois d’août. Merci la vie!

Crédit photo : Josée Cousineau

Bonne nouvelle!

Le 6 mai dernier, j’ai reçu un appel de Mira qui m’annonçait qu’ils avaient un chien en recherche d’une famille d’accueil. Il y a environ deux ans, j’avais fait une demande pour accueillir un chien déclassé ou mis à la retraite. J’avoue que dernièrement j’avais complètement perdu espoir. Notre belle Yucca est arrivée à la maison le 7 mai et se sent déjà chez elle!

9 mai. C’était la fête des mères. Célébrée, pour les raisons qu’on connait, autrement.

Le 9, c’était l’anniversaire d’une de mes tantes que j’aime tant!

Semaine du 10 mai

« Le film ne finit pas comme ça. La COVID, c’est juste l’entracte. La vie va reprendre. »

– Lue dans un magazine

Semaine du 17 mai

Quelques jours avant la fête des Patriotes, nous avons fait le jardin. Quel bonheur que de se mettre les mains dans la terre.

« Sourire à la vie, semer les graines du bonheur! »

– Auteur inconnu

Entre mère et fille. Marcher jusqu’à la forêt magique avec ma fille et nos deux chiens. Du bonheur à l’état pur!

Crédit photo : Josée Cousineau

Semaine du 24 mai

Vendredi le 28 mai, les terrasses des restaurants ouvrent enfin et le couvre-feu est levé partout au Québec. Sauf pour Montréal et Laval.

Enfin, la dernière semaine de mai a été très venteuse. Temps frisquet! Moment idéal pour siroter de bons cafés au lait!

Crédit photo : Josée Cousineau

« Aller à la cueillette de jolis moments et s’enivrer de leur parfum! »

– Auteur inconnu

J’ai déjà hâte au mois de juin que j’entrevois plein de petits bonheurs!!!

Pour terminer, dis-moi, comment s’est déroulé ton mois de mai?

À toutes les semaines, ou presque, je publie « Mes petits bonheurs du vendredi » dans la « Boîte à mots« . Sur ces billets, je partage mes créations, mes lectures, mes photos, mes recettes et beaucoup plus encore.


Pour recevoir ma lettre, en toute amitié, à toutes les deux semaines, remplis le formulaire ci-dessous. N’oublie pas de confirmer ton inscription en retournant dans ta boîte de courriel.

 

Un bain de forêt

La sylvothérapie – anti stress

Je viens de comprendre pourquoi j’aime tant me promener en forêt.  J’y trouve fort probablement une forme de bonheur.  Je connaissais la sylvothérapie de façon innée sans en connaître le nom.  La sylvothérapie ou un bain de forêt!

La thérapie par les arbres ou shinrin yoku est bien connue depuis plusieurs décennies au Japon.

Et si je commençais par décortiquer ce mot qui provient du latin…

Silva signifie « forêt« 
Therapeia signifie « soin« 

J’adore!!!  Prendre soin de soi à travers la forêt.

Bien sûr, je pourrais solliciter l’aide d’un spécialiste de la sylvothérapie mais j’ai envie d’exploiter seule pour l’instant en…

  • marchant lentement en forêt
  • observant ce qui m’entoure
  • portant attention à ma respiration
  • me reconnectant à l’essentiel
  • vivant le moment présent

Selon mes lectures, la sylvothérapie auraient, tout comme la méditation, plusieurs avantages comme par exemple…

  • faire baisser la pression artérielle
  • augmenter l’énergie
  • diminuer le rythme cardiaque
  • réduire le stress (Le cortisol est une hormone impliquée dans le stress et apparemment que la production diminuerait au contact des arbres).
  • aider à se reconnecter à l’essentiel
  • profiter du moment présent

La sylvothérapie me permet également d’utiliser mes cinq sens.

La vue

Grâce à mes yeux, j’observe la nature en forêt que ce soit à la campagne ou dans certains milieux urbains. Je pense à un parc tout près de chez moi dans lequel on retrouve des arbres gigantesques.

Crédit photo : Josée Cousineau

L’Ouïe

Je prends le temps d’écouter le chant des oiseaux, le craquement des branches, le bruissement des feuilles sèches sous mes pieds, l’eau du ruisseau qui coule sur les roches, le vent qui secoue les feuilles, l’écureuil qui saute de branche en branche.

L’odorat

Crédit photo : Josée Cousineau

Je hume le doux parfum des fleurs sauvages,  le sapinage.

Le toucher

Je caresse l’écorce d’un arbre. (Je surveille quand même les allergies et certains insectes)

Le goût

En saison, je prends le temps de déguster une framboise, une fraise, une mûre, un bleuet, une cerise.


Comment je choisis mon arbre

Un peu comme avec les humains. Je vais toujours vers un arbre qui m’attire et je lui fais un immense câlin, je m’adosse à lui en fermant les yeux afin de bien profiter du moment présent.


Les arbres et leurs bienfaits

Ci-dessous, j’ai listé le nom de quelques arbres qu’on retrouve au Québec et j’ai cherché ce que chacun d’eux pouvait m’apporter comme bienfaits.

Voici ce que j’ai trouvé…

Chêne : symbole de la force et de la puissance, il  nous aiderait à retrouver la quiétude et nous apporterait de l’énergie.  On appuie notre dos au tronc de l’arbre, on ferme les yeux, on adopte une respiration abdominale et on se laisse envahir par l’énergie de cet arbre.

Érable : un arbre au feuillage généreux propice à la méditation.  Il aiderait à diminuer le stress.  Choisir un érable âgé, l’observer.  Cueillir une feuille d’érable, la tenir entre nos mains, la fixer et respirer profondément.

Feuilles d’érable à l’automne.
Crédit photo : Josée Cousineau

Hêtre : aiderait au développement de la confiance en soi.  S’asseoir au pied du hêtre nous aiderait à retrouver la sérénité lorsque nous somme dans le doute.

Saule pleureur : apporterait le réconfort.

Bouleau : libérerait des douleurs enfouies en nous.


Certains scientifiques, selon Wikepedia, qualifie la sylvothérapie comme une escroquerie médicale. Mais bon… pourquoi ne pas y prendre ce qui nous fait du bien. Juste le fait de marcher dans le bois, seule ou accompagnée, me fait du bien. C’est ce qui compte, non?

En terminant, je dirais qu’à partir de maintenant, j’ai bien l’intention de pratiquer la sylvothérapie plus souvent, à ma façon.  Une activité qui ne coûte absolument rien, une activité que je peux pratiquer aussi souvent que je le désire. Fait intéressant, tous les bienfaits que cette activité me procure sont exactement les mêmes que m’apporte la méditation.

Bonne promenade!!!


Ce billet sur la paréidolie pourrait également t’intéresser :

www.desmotsetdesimages.com

La citation du lundi #129

J’aime beaucoup les citations sur l’art, la création. Et toi? Voici celle que je te propose pour cette semaine.

« L’art lave notre âme de la poussière du quotidien. « 

– Pablo Picasso

Il avait bien raison ce Picasso! Pour moi, m’asseoir à ma table de création me permet de tout oublier autour de moi.

Et toi, qu’est-ce qui te permet d’oublier, ne serait-ce qu’un instant?

À tous les lundis, une citation est déposée sous la catégorie « Citations« .

Pour recevoir ma lettre, en toute amitié, à toutes les deux semaines, remplis le formulaire ci-dessous. N’oublie pas de confirmer ton inscription en retournant dans ta boîte de courriel.

Challenge d’écriture 2021 #14

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire.

Cette semaine, Marie nous propose que la scène de notre prochain texte se déroule devant une boite à livres. En choisissant un livre, notre personnage découvrira à l’intérieur une lettre faisant état d’un secret. On doit décrire brièvement l‘environnement proche et l’état d’esprit de notre personnage, avant de nous livrer le contenu de cette lettre et des émotions qu’elle fait naitre chez notre personnage. 


TRANCHE DE VIE D’UNE SEXAGÉNAIRE – LA LETTRE

Blandine est en grande forme ce matin.  Quelques jours de beau temps et les crises d’arthrose disparaîssent enfin! 

Elle en profite pour aller marcher.  Avant de partir, elle compose le numéro de téléphone de son amie Louiselle pour l’inviter à venir marcher avec elle.  Trois coups, cinq coups… toujours pas de réponse.  En s’étirant le cou vers la fenêtre, Blandine se rend compte que la voiture de sa voisine n’est pas là!

« Ah!  C’est vrai!  Louiselle allait à l’hôpital, ce matin, pour des prélèvements sanguins ! »  se dit Blandine en elle-même.

Elle raccroche l’appareil, prend son porte-monnaie qu’elle enfile dans son sac à dos, ses clés, quelques mouchoirs (c’est la saison des allergies) et, bien sûr, son masque!  Inutile d’apporter le parapluie puisque Monsieur Météo prévoit du beau temps pour les dix prochains jours.

Et c’est d’un bon pas qu’elle se dirige vers le parc.  Elle adore y marcher.  Ce parc est un vrai havre de paix.  Les arbres sont gigantesques et à ce temps-ci de l’année, les cerisiers sont en fleurs!

« Zut! »  marmonne-t-elle.  « J’ai oublié d’apporter  ma caméra!« 

En arrivant à l’entrée du parc, Blandine se rend compte que la boîte à livres a repris sa place.  Avec le Covid, ces boîtes avaient été retirées, une façon, parmi tant d’autres, d’éviter inutilement la transmission du virus.  Une boîte toute coquette avec une porte vitrée sur le devant.  Il lui est arrivé à quelques occasions d’y déposer des livres afin d’en faire profiter à d’autres.  Elle décide de jeter un coup d’oeil à l’intérieur en espérant y faire une jolie découverte.

Peu de livres.  Par contre, le titre d’un livre ancien attire son attention : « Blandine ». Sa reliure marron est gravé de lettres dorées.  Pas le genre de bouquin que les gens déposent habituellement dans ces boîtes. 

En ouvrant le livre, une enveloppe tombe à ses pieds sur le sol.  Blandine se penche en s’appuyant sur la boîte pour ne pas perdre l’équilibre afin de la ramasser.  L’enveloppe n’est pas cachetée. 

Elle prend place sur le banc de bois et l’ouvre en regardant autour d’elle pour être certaine que personne ne la voit… comme si le fait d’ouvrir une simple enveloppe faisait d’elle une criminelle.

« Bonjour,
Merci d’avoir ouvert cette enveloppe pour y lire ce que j’ai à dire.  J’ai un immense besoin de partager ce secret avec quelqu’un et c’est la seule façon que j’ai trouvée de le faire.  Oui, j’aurais certainement pu le confier à quelqu’un de mon entourage, mais je ne suis pas certain qu’ils auraient compris… alors je m’adresse à toi, directement… 
»

Blandine est tellement touchée par ce qu’elle lit.  Elle dépose la lettre sur ses genoux.  Elle tente d’essuyer les larmes qui coulent lentement sur ses pommettes.  Elle fouille dans sa poche à la recherche d’un mouchoir avant de poursuivre sa lecture.

« … depuis plusieurs semaine, je suis éperdument amoureux d’une jolie dame. Juste le fait de l’écrire m’a fait le plus grand bien.  Merci de m’avoir lu jusqu’au bout!  Peut-être aurons-nous l’occasion de nous rencontrer un jour…« 

Mais qui peut bien être l’auteur de cette lettre, qui est ce romantique clandestin? 

Blandine décide de prendre ce livre qu’elle met dans son sac à dos, elle se lève pour poursuivre sa promenade. En levant les yeux, elle l’aperçoit. Il est là devant elle,  Il  lui sourit timidement en lui offrant une rose rouge. 


Mes petits bonheurs du vendredi 21.05.21

Mes petits bonheurs du vendredi 21.05.21 se veut le treizième billet sur le sujet cette année. Le bonheur… n’est-ce pas le fil conducteur de mon Cybercarnet?

C’est ici que je partage les petits bonheurs simples de ma vie ainsi que mes découvertes de la semaine avec toi. Le tout accompagné de citations glanées ici et là. 


Cette semaine, mes petits bonheurs et découvertes se résument ainsi…

  • Le bonheur de lire
  • Le bonheur au jardin

LE BONHEUR DE LIRE

Dernièrement, j’écoutais une entrevue à la télévision avec Pascale Wilhelmy qui nous parlait de son nouveau roman. « D’autres soupers de filles » qui se veut la suite de « Soupers de filles » paru en 2018.

Avant de me procurer son dernier roman, j’ai eu envie de relire le premier. Question de me remettre dans l’ambiance. Je l’ai donc enmprunté à la bibliothèque et je l’ai dévoré sur deux jours. Durant ces soupers, divers sujets sont abordés par les cinq filles. Des sujets légers, d’autres plus sérieux, certains tabous…

Une belle lecture d’été. J’ai hâte de lire le deuxième!!!


LE BONHEUR AU JARDIN

Cette semaine, j’ai divisé le travail sur le terrain en trois parties. En vieillissant, j’ai un peu moins d’énergie à mettre au jardin! Comprends-moi bien, j’adore travailler au jardin! Mais le corps suit un peu moins. Ma solution : répartir les tâches sur trois jours. Et par le fait même, prolonger le plaisir.

Premier jour :

J’ai préparé ma table de fines herbes sur laquelle on retrouve quatre sortes de basilic, du thym, du romarin, de la ciboulette, deux variétés de persil, de la coriande et de la menthe pour les mojitos de l’Homme.

Deuxième jour :

J’ai rempli les bacs de fruits et légumes. six plants de tomates, 3 de concombres, quelques variétés de laitue, du pak choy et des cerises de terre.

Cerises de terre

Troisième jour :

Et j’ai terminé par les fleurs, des annuelles pour mettre de la couleurs autour de la maison.

Je confie l’arrosage à l’Homme, je garde mes énergies pour admirer et déguster. 😉

Menthe pour les mojitos de l’Homme!
Et toi, tu as un potager dans ta cour ou sur ton balcon?

Pour voir d’autres créations, suivez-moi sur Instagram!

À TON TOUR MAINTENANT DE ME PARTAGER TES PETITS BONHEURS DE CETTE SEMAINE…

La citation du lundi #128

Voici la citation du lundi #128 qui porte à réflexion sur la quête du bonheur.

 » Légèreté de l’oiseau qui n’a pas besoin pour chanter de posséder le forêt, pas même un seul arbre. « 

– Marek Halter

Comment définirais-tu cette citation?


À tous les lundis, une citation est déposée sous la catégorie « Citations« .

Pour recevoir ma lettre, en toute amitié, à toutes les deux semaines, remplis le formulaire ci-dessous. N’oublie pas de confirmer ton inscription en retournant dans ta boîte de courriel.

 

Challenge d’écriture 2021 #13

Un Challenge d’écriture proposé par Marie Kléber du blogue L’Atmosphérique. Tout simplement, pour le plaisir d’écrire.

Cette semaine, Marie nous propose de débuter notre texte par une phrase bien précise tirée du livre de Philippe Grimbert, « Le secret ».


Tranche de vie d’une sexagénaire – À la bibliothèque

« Louise m’avait permis de reconstituer l’idylle de mes parents coupables. J’avais quinze ans, je savais ce que l’on m’avait caché et à mon tour je me taisais, par amour.« 

En lisant cette phrase au dos du livre « Le secret » écrit par Philippe Grimbert, Blandine, curieuse de nature, a tout de suite voulu en savoir davantage. Ne dit-on pas qu’une femme qui n’est pas curieuse est une curieuse de femme? Le sujet l’interpelle.

Des secrets, on en retrouve dans toutes les familles. Bien sûr, la sienne n’y échappe pas.

Évidemment, ne demandez pas à Blandine de vous partager les secrets de sa famille. Un secret est un secret! Il y a des choses qui ne se partagent pas et qui demeurent parmi les sujets tabous.

Elle se dirige vers le comptoir où elle est accueillie par Madame Bouquin, la gentille bibliothécaire. Blandine lui remet le livre ainsi que sa carte de membre afin que cette dernière le note à son dossier. La bibliothécaire lui sourit en lui mentionnant, tout bas… comme si c’était un secret, qu’elle a fait un excellent choix.

En sortant de la bibliothèque, Blandine se rend compte que le ciel est noir comme de l’encre. La pluie ne devrait pas tarder car le tonnerre gronde déjà et est accompagnée d’éclairs fulgurants! Un temps pour enfiler pyjama et pantoufles!

« La journée idéale pour se plonger dans ce livre! » pense tout haut Blandine.


Mes petits bonheurs du vendredi 14.05.21

Mes petits bonheurs du vendredi 14.05.21 se veut le douzième billet sur le sujet cette année. Le bonheur… n’est-ce pas le fil conducteur de mon Cybercarnet?

C’est ici que je partage les petits bonheurs simples de ma vie ainsi que mes découvertes de la semaine avec toi. Le tout accompagné de citations glanées ici et là. « »


Cette semaine, mes petits bonheurs et découvertes se résument ainsi…

  • Du bonheur sur quatre pattes
  • Le bonheur de lire
  • Jardin du bonheur

DU BONHEUR SUR QUATRE PATTES

Je te présente Yucca, une jolie Labernoise noire. Yucca est arrivée dans notre vie la semaine dernière et elle nous comble déjà de bonheur! Un toutou plein de tendresse qui ne demande qu’à être aimé! Elle est craquante, n’est-ce pas?

En temps de pandémie, on doit être patient lorsqu’on veut se procurer un animal de compagnie. Le temps d’attente est très long.

« Lorsque nous avons un animal de compagnie, la vie nous semble moins triste. »

– Amy Softpaw

LE BONHEUR DE LIRE

Difficile de commencer un nouveau roman lorsqu’on vient d’en terminer un bon!

 » Un jour viendra où les hommes, moins occupés des besoins de leur vie matérielle, réapprendront à lire.  »

– Jack London

Jardin du bonheur

Trois jolis palmiers d’Arec ont pris place sur la terrasse! Une ambiance du sud a été créée!

L’amélanchier est en fleurs!!! Aurais-je assez de fruits pour en faire de la confiture?

Dans une semaine, on pourra faire le potager!!! Que j’ai hâte!!!


Pour voir d’autres créations, suivez-moi sur Instagram!

À TON TOUR MAINTENANT DE ME PARTAGER TES PETITS BONHEURS DE CETTE SEMAINE…

J’ESPÈRE T’AVOIR INSPIRÉ UN BRIN… INSPIRÉ À PROFITER DE CHAQUE INSTANT DE TA VIE ET SURTOUT RÉALISER QUE LE BONHEUR EST SOUVENT SOUS NOS YEUX À PORTÉE DE MAIN!

Tranche de vie d’une sexagénaire – Noir et blanc

Blandine aime se replonger dans ses souvenirs.  Il lui arrive de s’installer, confortablement, sur sa chaise d’osier qu’elle a installée dans un coin de son atelier d’écriture et de sortir les photos qu’elle a rangées minutieusement dans un boîte de carton.  La plupart des clichés sont en noir et blanc

Evidemment, elle ne reconnaît pas tout les gens qui se retrouvent sur les photos.  Mais dernièrement, elle a fait appel à une complice… une de ses tantes, qui a pu l’aider à indentifier une partie des personnes qu’elle n’arrivait pas à identifier. 

Fière d’avoir participé à ces recherches, sa tante lui a promis de revenir après la pandémie pour compléter le travail. 

Blandine est heureuse de pouvoir compter sur elle.  En se replongeant dans ces souvenirs, elle a l’impression d’en connaître un peu plus sur ses origines.  Il y a tant de choses qu’elle aimerait savoir.

Soudainement, une photo attire particulièrement son attention.  Une photo de sa mère, assise près d’une fenêtre, tenant dans ses mains un magnifique flacon de parfum.  Muni d’un vaporisateur, il semble avoir été taillé juste pour elle.

Blandine a l’impression d’avoir déjà vu cette bouteille sur le chiffonnier de sa mère.

Mais pourquoi s’était-elle fait photographier avec ce flacon? Qui le lui avait offert? Que représentait-il pour elle?

Autant de questions qui demeureront sans réponse.


Ce texte a été écrit dans le cadre du défi #152 lancé par Ghislaine. Elle nous propose 8 mots à insérer dans notre texte, un thème et une photo d’inspiration

Connaître, savoir, tenir, participer, complice, flacon, carton, partie

Le thème : Noir et blanc


D’autres histoires avec Blandine :